×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le Brésil invente le H-Bio, un nouveau diesel

Par L'Economiste | Edition N°:2303 Le 22/06/2006 | Partager

. Nouvelle source d’approvisionnement renouvelable et moins chère Le Brésil a ouvert une nouvelle brèche sur le front des énergies renouvelables en commençant à tester un nouveau procédé de fabrication du diesel, baptisé H-Bio, qui incorpore des huiles végétales dans le processus de raffinage. Une série de tests industriels a démarré mardi 20 juin à la raffinerie Getulio Vargas de la compagnie Petrobras, située près de Curitiba dans l’Etat du Parana (sud), en présence du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et de journalistes. La nouvelle technologie H-Bio consiste à traiter ensemble des huiles végétales, en l’occurrence de soja, et des produits issus de la distillation du pétrole dans une unité de raffinage, dite d’hydrotraitement à l’hydrogène. A l’arrivée on obtient un diesel de meilleure qualité, à moindre teneur en soufre et qui n’impose aucune modification aux moteurs, assurent les responsables de Petrobras. «Nous allons planter du diesel et réduire les importations», a déclaré à la presse le président de Petrobras Sergio Gabrielli, pour qui «ce projet apporte au Brésil une nouvelle source renouvelable d’approvisionnement en diesel». «En dix-huit mois, nous avons développé une nouvelle technologie capable d’utiliser de l’huile végétale pour fabriquer du diesel, pour lequel le pays n’est pas encore autosuffisant», a-t-il souligné. Le Brésil est parvenu cette année à l’autosuffisance en termes de pétrole brut. Les conclusions économiques sont «positives»: le diesel H-Bio est «moins cher» que son équivalent classique, a affirmé Paulo Roberto Costa, directeur de l’approvisionnement, sans citer de chiffres. Dans un premier temps (2006-2007), Petrobras veut mélanger 256.000 m3 par an d’huile de soja avec des produits pétroliers dans trois raffineries. Cela lui permettra de réduire de 15% ses importations de diesel et de réaliser une économie de 145 millions de dollars. L’investissement pour adapter les installations existantes à l’introduction d’huile végétale est de 38 millions de dollars. Le Brésil s’est lancé l’an dernier dans la production de biodiesel à partir d’huiles de ricin, de palme ou de coton, avec l’ambition de développer l’agriculture familiale dans les régions pauvres du nord et du nord-est. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc