×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La lingerie espagnole veut séduire la France

Par L'Economiste | Edition N°:2416 Le 06/12/2006 | Partager

. Inditex, Induyco et Cortefiel, les trois mousquetaires…. Mode, petits prix et réassorts fréquents…, les astucesPortée par les vents favorables soufflant sur le prêt-à-porter espagnol, la lingerie ibérique part à la conquête des Françaises avec Women’Secret, qui veut ouvrir 100 magasins en France en quatre ans. Cette guerre éclair en dentelles s’inspire de la recette qui a fait le succès fulgurant de sa compatriote Zara: ouverture massive de points de vente, bouche à oreille plutôt que publicité. Le pari semble audacieux dans un secteur en pleine crise en France. Il situera Women’Secret juste derrière le leader français Etam Lingerie et ses 256 magasins. Prix modérés, lignes fréquemment renouvelées, suivi des tendances et boutiques accueillantes: Women’Secret applique déjà à la lettre en Espagne les méthodes du puissant groupe Inditex et de sa marque phare Zara. Women’Secret ne possède pour l’instant que quatre boutiques en France, trois à Paris, une à Marseille. La marque, spécialisée dans la lingerie et le «homewear», appartient au groupe Cortefiel (1.200 boutiques dans 37 pays), qui voudrait bien se défaire de son image d’éternel outsider face à la réussite d’Inditex. Mais la concurrence est rude face à ce géant et ses huit marques, qui se dispute la domination du marché mondial avec le suédois H&M. Les chiffres d’affaires des deux leaders mondiaux ont flirté en 2005: 7,4 milliards d’euros pour le groupe espagnol (3.051 magasins dans le monde) contre 7,91 milliards pour le suédois (1.264 boutiques). Le très secret patron d’Inditex, Amancio Ortega, qui en 1979 possédait six boutiques en Galice (nord de l’Espagne), est aujourd’hui l’homme le plus riche d’Espagne. Le quotidien El Pais a récemment estimé sa fortune à 16,6 milliards d’euros. Les secrets de cet empereur provincial?. «Des propositions fraîches et la création d’une sensation de pénurie», explique José Luis Nueno, professeur spécialiste du sujet à l’IESE Business School de Madrid. Mais Inditex n’est pas le seul espagnol sur les rangs: Mango, fort de ses 940 magasins dans 84 pays, a annoncé un chiffre d’affaires de 1,14 milliard d’euros en 2005 et compte avoir 3.000 magasins dans le monde d’ici à 10 ans. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc