×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La BCM restructure son organigramme

    Par L'Economiste | Edition N°:57 Le 10/12/1992 | Partager

    La BCM inaugure un triumvirat, ou selon l'expression de la maison "un directoire à trois", avec une forte imbrication entre le fonctionnel et l'opérationnel. Un nouvel organigramme, proposé par M. Abdeaziz Alami au Conseil d'Administration le 27 Novembre 1992 vient donc d'entrer en vigueur.

    "Des mutations ont déjà commencé sur les marché", explique M. Ali Iben Mansour qui souligne les besoins d'extension de réseaux et le changement dans la demande des entreprises vis-à-vis de leur banquier. L'année prochaine, la Banque Commerciale du Maroc compte ouvrir 32 agences nouvelles, soit autant que cette année. Trois d'entre elles seront à l'étranger, très probablement en France. Côté entreprise, la BCM considère que la demande de services chez les sociétés est une tendance lourde du marché.

    C'est donc dans cet esprit que l'organigramme de la banque a été remodelé au sommet. Deux troncs ont été créés, comprenant l'un cinq Directions, l'autre quatre Directions.

    Le premier mouvement est de considérer que la Banque scinde les responsabilités entre tout ce qui est "banque" et tout ce qui est "hors banque". En réalité, les partages sont plus complexes entre les deux troncs, pris en charge par MM. Ali Iben Mansour et Omar Benider. M. Iben Mansour est nommé Directeur Général (au lieu de Directeur Général Adjoint) et M. Benider, ancien Directeur Général adjoint qui devient Co-Directeur général, titre créé pour l'occasion.

    Tous les deux seront "au front quotidiennement", selon l'expression de M. Iben Mansour, tandis que M. Mohamed Salmi, membre du directoire, sera plus spécialement chargé de la coordination entre les deux troncs, avec le titre d'Administrateur Délégué et un siège au Comité exécutif, auprès de MM. Alami, Filali, Yacoubi Soussen et Assaraf. MM. Salmi, Iben Mansour et Benider travaillent ensemble depuis plus de vingt ans, et cette expérience n'est pas neutre dans le choix fait de leur confier le directoire. La patte de M. Alami est reconnaissable dans les subtile nuances de titres qui ménagent les promotions, les prééminences fonctionnelles et les souplesse d'ajustement. Le principe de base reste de valoriser les compétences des individualités tout en les incluant dans des structures d'équipe.

    C'est au niveau des repartages des tâches que les changements sont les plus importants.

    L'élément le plus visible est l'intégration de la Division de l'audit dans la Direction des Services Bancaires et de l'Audit général, à l'intérieur du tronc piloté par M. Benider. Cette intégration s'explique par le fait que le partage entre les deux troncs entretient de lui même un contrôle mécanique de l'activité de la banque. "Le vendeur, c'est-à-dire l'exploitant, n'est pas celui qui juge le risque à prendre”, explique M. Iben Mansour.

    La classique division entre le réseau et le crédit relié par des comités conjoints est donc ré-interprétée. Dans la redistribution des cartes, le changement prend soin de permuter une partie des responsabilités entre MM. Iben Mansour et Benider, sur le mode de la polyvalence cultivée par la banque depuis le milieu des années 80.

    Si la Direction des Crédits et de l'Ingénierie financière, confiée à M. Mohamed El Kettani, garde son profil, elle passe sous la responsabilité de M. Benider. Inversement, ce qui était le réseau passe chez M. Iben Mansour, mais ce réseau est refondu dans une Direction générale, au large spectre d'actions.

    C'est dans cette vaste Direction générale de l'Exploitation, des Marchés, de la Clientèle et de la Communication que les intentions de la Banque sont les plus perceptibles: elle veut se rapprocher de ses clients, en introduisant des possibilités de circulation de l'information.

    Cette Direction unique est coiffée par M. Abdelkrim Chlyah, nommé Directeur Exécutif (titre nouveau). M. Chlyah avait en charge jusqu'ici la Direction du réseau de province. Ses responsabilités ne s'arrêtent pas à l'ensemble du réseau, puisque lui ont été confiés aussi les Marchés de la Clientèle et la Communication. Cette Direction est donc une unité complète, centrée sur le développement de la banque et de sa clientèle, avec des compétences de gestion de réseau, d'animation, d'études, de qualité de service, de suivi des attentes et d'écoute. Selon M. Iben Mansour, "la présence de la Communication-animation dans cette unité d'exploitation est un élément stratégique, dans la mesure où l'information doit circuler dans les deux sens, de la clientèle vers l'institution et non plus seulement de la banque vers le marché ".

    L'habitude de prêter une grande attention aux hommes est maintenue, voire accrue. En effet, commente un cadre "nous allons voir comment fonctionne l'équipe, comment les responsabilités s'agencent entre elles, avant de fixer des sous-organigrammes". La responsabilisation, l'esprit d'équipe et l'émulation devraient donc jouer à plein dans cette unité qui est le regroupement de trois anciennes directions.

    La nouvelle unité comprend en effet les deux directions des réseaux (celle du réseau Province et celle du réseau Centre ) augmentées donc de la Communication et de l'Animation des marchés. Il faudra noter deux autres points nouveaux dans cette unité, un point classique et un qui l'est moins.

    Le point classique est le départ de la Formation vers la Direction du Personnel. La Formation quitte donc le giron de la Communication et quitte le tronc piloté par M. Iben Mansour pour rejoindre celui de M. Benider et être coiffée par M. Meknassi, qui voit donc ses responsabilités élargies.

    Le point moins classique concerne l'intégration des compétences de M. El Alam, qui avait en charge l'audit. M. El Alam rejoint donc la Direction générale de l'Exploitation, des marchés et de la Communication, avec le titre de Directeur Délégué adjoint. L'audit proprement dit, et comme signalé plus haut, est associé à la Direction des Services Bancaires, sous la responsabilité de M. Ouali, mais le tout est transféré chez M. Benider.

    Dans le nouvel organigramme, le profil de la Direction des Affaires Internationales est conservé, mais il est fortement étoffé. Le Directeur, M. Cherkani, devient Directeur exécutif, avec deux Directeurs délégués adjoints. La remarque vaut, mais dans une moindre mesure, pour la Direction de l'Information Comptable et le Contrôle de gestion, coiffée par M. Moussatef, Directeur délégué. Quant à la Direction de l'Organisation, de la Qualité et de l'Informatique, elle se voit augmentée d'une Compétence nouvelle, placée en tête de liste: la Stratégie. Cette Direction reste confiée à M. Jaï.

    N.S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc