×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Journée mondiale des droits de l’homme
L’OMDH demande la grâce royale pour les «jumelles kamikazes»

Par L'Economiste | Edition N°:1659 Le 10/12/2003 | Partager

. Elle dénonce le déroulement des procès reliés aux attentats du 16 maiSi la situation des droits de l’homme a évolué positivement au Maroc depuis le début des années 90, “la pratique reste en deçà des avancées législatives”, indique d’emblée Abdelaziz Nouidi, professeur universitaire et membre fondateur de l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH). Pour lui, un large décalage existe encore entre la loi et son application sur le terrain. Mais cela sans oublier de mettre en exergue les avancées réalisées, notamment la réforme du CCDH, du code des libertés publiques, de la législation pénitentiaire et du code de la famille. Et la journée mondiale des droits de l’homme, qui se déroule aujourd’hui mercredi 10 décembre, est l’occasion d’établir un bilan. Pour cet événement, plusieurs manifestations sont prévues aujourd’hui. Le ministre des Droits de l’Homme, Mohamed Aujjar, fera une déclaration devant le Parlement. De leur côté, les associations opérant dans ce domaine organisent des sit-in à Rabat. Elles profitent de l’occasion pour publier leurs rapports sur la situation des droits de l’homme au Maroc. L’OMDH ne déroge pas à la règle. Elle a rendu public un rapport sur les procès reliés aux attentats du 16 mai et un mémorandum sur l’instance “Equité et réconciliation”. L’organisation dénonce dans son rapport les multiples atteintes aux droits de l’homme qui ont entaché le déroulement des procès contre les islamistes radicaux soupçonnés de terrorisme. Après les événements tragiques de Casablanca, une vaste campagne d’arrestations a été lancée dans le Royaume. Selon l’organisation, elle a donné lieu à des dizaines de procès qui ont débouché sur de lourdes condamnations, y compris 14 peines de mort. “L’OMDH est favorable à la lutte contre le terrorisme dans le respect de l’Etat de droit et non dans le mépris de la vie humaine et de la dignité”, déclare, à L’Economiste, Abdelaziz Nouidi. L’association a dénoncé également les peines de prison prononcées à l’encontre de plusieurs journalistes, des condamnations qu’elle juge “sévères” au regard des faits pour lesquels ils étaient poursuivis. Dans ses recommandations, l’OMDH préconise entre autres une grâce au profit des mineurs jugés dans les procès liés au terrorisme, notamment les soeurs jumelles Imane et Sanae Laghriss (14 ans), condamnées le 30 septembre dernier à cinq ans de prison ferme. “Nous demandons l’amnistie royale pour ces deux fillettes. Car leurs places n’est pas en prison”, estime Nouidi.Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc