×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

JO d'AthènesLe tourisme en Grèce: Un touriste par habitant

Par L'Economiste | Edition N°:1834 Le 17/08/2004 | Partager

. Le pays accueille chaque année plus de 11 millions de visiteurs. L'activité, première source de devises, rapporte 14 milliards de dollarsEN quelques années, la Grèce est devenue une des destinations méditerranéennes les plus prisées, essentiellement par les touristes européens.Première source de devises pour le pays, le secteur draine, chaque année, près de 14 milliards de dollars (140 milliards de DH). Ce qui correspond environ à près de 8% du Produit intérieur brut. Le nombre de touristes qui choisissent la destination grecque a dépassé les 14 millions (chiffres 2002 du département grec des statistiques). Les recettes provenant de cette activité se sont ainsi élevées à plus de 10, 285 milliards d'euros. En 1995 déjà, la destination avait atteint plus de dix millions de touristes. Ce qui représentait davantage que la population, dont l'effectif avoisinait les dix millions. Objectif que l'on se fixe au Maroc pour 2010.Reliée aux autres continents par avion (aucune liaison n'existe entre le Maroc et la grèce, le vol d'Istanbul faisant escale à Athènes ayant été supprimé en 2000) et à l'Europe par train et par route, la Grèce a fait du tourisme un des moteurs de son économie. La première chaîne d'hôtels grecs, XENIA, a vu le jour peu de temps après la fin de la seconde guerre mondiale. Cette initiative apparaissait comme un des premiers pas de l'Etat vers la mise en place d'une industrie touristique. Celle-ci allait, très rapidement, prendre de l'ampleur. Jusqu'à devenir l'activité principale du pays. Le tourisme emploie aujourd'hui près de 500.000 personnes et enregistre un rythme de croissance soutenu.Ce rythme a toutefois connu certains fléchissements durant ces dernières années. Depuis 1996, le secteur touristique accuse un certain recul. Les événements de septembre 2001 n'en sont pas à l'origine. Du moins pas en totalité. La baisse de l'activité touristique serait imputable, selon les analystes, à la cherté de la vie et aux problèmes d'accessibilité géographique dus en partie à la fermeture de l'accès via l'ex-Yougoslavie.2004 ne devrait pas être un bon cru non plus. Les prévisions tablent sur une baisse d'environ 8% par rapport à 2003. L'impact du déroulement, dans le pays, des Jeux Olympiques ne devrait donc pas être positif. “Une véritable campagne de dénigrement à l'échelon international a été menée contre la Grèce”, explique-t-on auprès de l'ambassade de Grèce à Rabat.C'est ce qui serait à l'origine des prévisions pessimistes concernant les arrivées de touristes. “Mais cela ne saurait tarder à être dépassé. La Grèce dispose d'un potentiel historique, civilisationnel et culturel hors pair. Le tourisme en Grèce est balnéaire mais aussi culturel”, s'empresse-t-on d'ajouter.Ce sont en effet essentiellement les îles qui sont le plus prisées par les visiteurs. Elles figurent actuellement en tête des destinations estivales. En partance de la France, les tour-opérateurs classent la Grèce en quatrième position des destinations qui enregistrent les plus fortes demandes. Les 1.400 îles dont 169 sont inhabitées, éparpillées dans les eaux des mers Égée et Ionienne, offrent presque 300 jours de soleil par an. Ce qui expliquerait en grande partie la forte affluence de touristes allemands et britanniques. Sur les 10 millions de visiteurs que reçoit la Grèce, 87% proviennent de l'Union européenne dont une grande majorité d'Allemagne et du Royaume-Uni. L'Italie et la France arrivent juste après. Le pays dispose par ailleurs d'une importante capacité litière. Les 8.550 établissements hôteliers offrent 330.970 chambres et 628.170 lits.Le Maroc compte 104.000 lits. Les résidences disposent pour leur part de 28.000 lits supplémentaires. Les campings sont quant à eux au nombre de 352 et les bungalows de 1.005.


Un ministère du Tourisme en mars 2004 seulement

Si l'industrie touristique est une des activités principales depuis plusieurs décennies, la Grèce ne dispose d'un ministère dédié au tourisme que depuis mars 2004, avec l'avènement du nouveau gouvernement. Le tourisme était auparavant placé sous la houlette du ministère du Commerce et de l'Industrie. L'Office national grec du tourisme était toutefois l'institution en charge du secteur. L'octroi de permis pour bâtir des hôtels, le contrôle des restaurants ou encore l'attribution d'étoiles aux établissements touristiques relevait de cet organisme. La création du ministère est interprétée comme l'expression d'un intérêt étatique plus grand au tourisme.Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc