×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Salé: Un programme de développement sur 5 ans

Par L'Economiste | Edition N°:1834 Le 17/08/2004 | Partager

. Marchés, décharge, reconstruction de la voirie urbaine… . L'appel d'offres pour la concession des ordures ménagères en septembre. L'éradication des bidonvilles, une priorité «Salé a son programme de développement pour les cinq ans à venir». Driss Sentissi, président du Conseil de la ville, l'a établi en concertation avec plusieurs partenaires. Pour lui, ce projet est très proche du programme des trois composantes qui forment le bureau de la ville, à savoir le MP, le PJD et le RNI. «Notre objectif est de développer un partenariat et des relations saines avec l'administration, les entreprises citoyennes et la société civile». L'enveloppe nécessaire à la réalisation de ce programme est estimée à 747 millions de DH, répartis sur cinq ans. D'abord sur le plan social, des foyers féminins et des maisons de jeunes seront construits dans les arrondissements de Tabriquet, Bettana, Laayayda, Lamrissa et Hssaine. Le Conseil de la ville prévoit la réalisation d'un complexe culturel (2,8 millions de DH), d'une bibliothèque municipale (2 millions de DH) et la création d'un conservatoire musical (2,5 millions de DH). Le président compte également construire une maison de bienfaisance (1,8 million de DH), cinq crèches municipales (1 million de DH) et des terrains de sports de quartiers.Ensuite, les infrastructures de bases et les équipements publics. La restructuration de la voirie urbaine mobilisera près de 257,6 millions de DH. Concernant l'éclairage, près de 25 millions de DH seront nécessaires à sa mise à niveau. L'autre chantier prioritaire concerne la décharge publique d'Oum Azza à Aïn Aouda qui remplacera celle d'Oulja. Elle accueillera les déchets de Rabat, Salé et Témara. «Nous avons déjà fait une présélection des entreprises. La décharge sera mise en place à compter de janvier 2005», a rappelé le président du conseil. Rappelons que la décharge d'Oulja sera désormais fermée et sa réhabilitation demandera 3 millions de DH. A partir du début de décembre prochain, la collecte des ordures ménagères se fera par deux entreprises dans le cadre d'une gestion déléguée. Cinq communes de Salé y participeront. Les appels d'offres seront lancés fin septembre. Le coût de cette opération est estimé à 284 millions de DH. La restructuration des marchés de la ville est un autre dossier cher à Sentisi. Ce dernier prévoit la construction de quatre marchés à Lamrissa, Tabriquet, Laayayda et Bettana. Le budget alloué à cette opération s'élève à 10 millions de DH. Le conseil de la ville envisage de créer deux marchés de poissons. Cela mettra fin aux marchands ambulants qui créeront leurs propres commerces. «Notre objectif est de créer 2.500 commerces en 5 ans pour restructurer les marchés clandestins (Hay Rahma, Douar Jbala…)» dit le maire de la ville qui prévoit également la construction d'un abattoir avec 6 millions de DH et l'achèvement du marché de gros (6 millions de DH). Le président du conseil envisage la création de 5 Foundouks et l'équipement de cinq zones d'activités artisanales dans les 5 arrondissements de la ville, en partenariat avec la Caisse de dépôt et de gestion et le ministère des Habous. Le coût de l'opération: 40 millions de DH. L'éradication totale du dernier bidonville se fera dans quatre ans. La première tranche de 5.000 logements est en cours de construction. Un projet pour réhabiliter 3.000 autres a été également ficelé. Un document a été signé entre le ministère de l'Intérieur et celui de l'Urbanisme et de l'Habitat.Sur le plan de la sécurité, la ville contribue avec cinq millions de DH. Le projet comporte l'acquisition des véhicules en faveur de la Sûreté nationale et les Forces auxiliaires et l'aménagement de deux casernes sur cinq années. Le conseil de la ville a déjà participé avec 1 million de DH pour l'achat de 9 véhicules.Sentissi s'est également attaqué au redéploiement du personnel. Il a procédé à l'élaboration d'un organigramme. Le conseil comporte trois directions et 16 divisions. Aujourd'hui, 2.747 salariés travaillent au sein du conseil. Cela a permis également de fixer les besoins en recrutement (architectes, ingénieurs, statisticiens, archivistes…). Dans ce sens, le conseil prévoit la création d'un département de communication et d'un site Internet dédié à Salé. Il a déjà créé une division d'audit et de contrôle interne. Rappelons que le budget de la ville a pris du temps pour être établi. Le président du conseil explique ce retard par l'absence de décrets d'application de la charte communale. Des difficultés ont été enregistrées dans la réparation des dotations réservées aux arrondissements.


Réalisations

Le Conseil de la ville a pratiquement achevé la construction du stade Aboubaker Amar (4 millions de DH), la salle couverte de Bettana (1,5 million de DH) et la route de Kénitra et de Meknès. Le marché de Sehb Al caïd est également en cours de finition. Deux foyers féminins ont été construits à Hay Moulay Ismael et Hay Salam extension. F.E.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc