×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

IBM s'attaque au surcoût des réseaux

Par L'Economiste | Edition N°:1544 Le 20/06/2003 | Partager

«L'e-business à la demande» est la nouvelle formule que propose IBM à ses clients.«Il s'agit d'offrir des services informatiques dont l'entreprise a besoin au moment où elle en a besoin», affirme Amine Bencherki, président-directeur général d'IBM Maroc. En effet, les systèmes d'exploitation ne sont pas utilisés 24h/24. La majorité des entreprises n'utilisent que 60% des capacités de leurs serveurs, alors qu'elles payent pour une utilisation totale sur le temps et sur l'espace. “L'e-businees à la demande” (on demand) leur permettra de payer en fonction de l'utilisation. «Ce concept implique des caractéristiques fondamentales dans l'entreprise qui l'adopte». Tout d'abord, l'entreprise va être réactive, «c'est-à-dire capable de détecter des changements dans l'environnement socioéconomique et d'y répondre de façon dynamique». Ensuite, elle doit pouvoir adapter avec souplesse ses structures de coût et ses services. Par ailleurs, l'entreprise en souscrivant à un «e-business on demand», devrait pouvoir externaliser les systèmes d'information, qui ne constituent pas son corps de métier. «L'objectif d'un tel système est de réduire les coûts, améliorer la gestion, ainsi que l'augmentation de la rentabilité en focalisant sur son centre d'activité», indique Amine Bencherki. Concernant le marché marocain, les responsables d'IBM ne se font pas d'illusions: «Au niveau de la PME/PMI, le problème est avant tout culturel. Ce n'est pas un problème financier car les crédits existent et les banques sont en surliquidité».Afin d'inciter les PME voire les TPE (toutes petites entreprises) à investir dans ce nouveau concept, IBM propose des services d'intégration des données, de virtualisation des dépenses (ne payer que ce qu'on a consommé comme pour l'électricité, l'eau…) et enfin, un service d'autonomie, qui permettra au réseau de s'autogérer, se réparer et se protéger tout seul.Après deux exercices «qui n'ont pas vraiment convaincu à cause de la morosité du marché de l'informatique en général», IBM Maroc a vu son chiffre d'affaires augmenter de 15% au cours de l'année 2002.N. Bz.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc