×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Grosse promotion pour Fès

Par L'Economiste | Edition N°:2416 Le 06/12/2006 | Partager

. Une vaste campagne prévue à partir de 2007 . Site Internet, brochures, guides, agendas culturels, kiosques d’information au programme «FES, capitale gastronomique, et une ville de sport, de prestige». C’est le nouveau positionnement que véhiculera le site Internet qui sera lancé par le Conseil régional du tourisme (CRT-Fès) début janvier. La réalisation d’un plan d’information destiné aux touristes et d’un guide sont les principaux projets sur lesquels se penchent actuellement les équipes du CRT. L’installation d’un kiosque d’information sur la place Boujloud figure également à leur menu. La ville met le paquet pour faire sa promotion. Elle bénéficie du soutien de l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Ainsi, un plan d’action marketing-commercialisation «bien ficelé» sera lancé en 2007. «L’ objectif est de rehausser le patrimoine culturel, artistique et architectural de la capitale spirituelle», indique Ghizlane Kounda, directrice marketing du CRT. Et d’ajouter que cet objectif ne peut être atteint que par la connaissance de la destination et de sa conversion en cité de moyen séjour. Pour cela, le CRT table sur une large opération promotionnelle qui envisage, notamment, l’élaboration de dépliants ainsi qu’un guide «Fès-Meknès». Déjà, avec la récente publication d’un agenda culturel de la région, le CRT concrétise ces dires. Le lancement d’une campagne «City Marketing de Fès» est prévue pour mars prochain. Il s’agit aussi de développer à Fès la formule «City Break», c’est à dire inciter les touristes à y passer plus de deux nuits. «Il faut par conséquent imaginer des choses uniques en leur genre», expliquent les responsables du CRT. Ce dernier est d’ailleurs déterminé à définir l’identité profonde de la ville afin d’établir une véritable stratégie. Celle-ci reposerait sur des axes de développement permettant un positionnement spécifique basé sur l’esprit de Fès et son histoire, la philosophie, les manuscrits, l’architecture, le savoir-faire artisanal, les contes et légendes, la poésie, la musique classique (‘Al Ala’), les arts de la table (à commencer par la gastronomie)… Bref, les idées ne manquent pas. «Fès incarne une identité culturelle multiple qui invite et incite au dialogue entre les cultures: arabo-andalouse dont la civilisation andalouse médiévale, judéo-islamique, amazigh…», ajoute Kounda. Et de poursuivre: «il faut déployer l’offre touristique de cette destination en fonction des cibles». Ce travail de fond, réalisé avec l’ONMT, est en phase d’étude.   Toutefois, il faut noter que Fès dispose de divers sites et monuments historiques, d’une architecture inédite, d’une médina sanctuaire et de festivals de renommée internationale: des atouts à promouvoir dans le cadre de l’Esprit de Fès. La conviction partagée des professionnels du tourisme est de faire de la médina de Fès une ville touristique culturelle, aussi prestigieuse et aussi prisée que Florence, Cordoue ou Grenade. Il s’agit d’une vision dynamique qui suit l’évolution des tendances actuelles, socioculturelles, dans le monde et qui se traduit dans la ville de Fès, par l’alliance d’une tradition séculaire et de la modernité (notamment par le biais de la technologie). Enfin, reste à signaler que Fès, qui est le symbole universel de l’excellence islamique, une référence de la tolérance et du partage, diffusée dans le monde entier, vient d’être déclarée «capitale de la culture islamique». Ce titre lui sera discerné incessamment.


Formation

Le CRT-Fès a créé une cellule de travail pour la formation dans l’hôtellerie et dans les métiers culturels. Parmi ses priorité, la confection de nouveaux concepts d’hôtellerie comme l’hébergement chez l’habitant.


Animations

Fès, taxée jusqu’à présent de ville sans animations, rattrappe son retard. Elle abrite actuellement plusieurs événements (festivals, colloques, spectacles). Et parfois les touristes sont obligés de prolonger leur séjour pour ne pas rater une manifestation. Pour la petite histoire, la semaine dernière, la soirée de gala «De fil en aiguille» et le concert de Sofia Essaidi de la Star’Ac, étaient programmés le même jour et à la même heure. Pour encourager ces initiatives, Mohamed Rharrabi, le wali de Fès a assisté à la soirée du caftan au palais El Mokri, tandis que son SG Mohamed Benribag est parti «voir les jeunes» à l’Académie de tennis d’Henri Leconte. Outre ces événements, une vingtaine de restaurants ont ouvert à Fès. Certains offrent quotidiennement repas et spectacles à des prix très abordables. Pour ce qui est des maisons d’hôtes, les propriétaires rivalisent d’imagination pour concocter de bons divertissements. Ainsi, il n’y aura plus aucune raison de dire qu’il n’y a «rien à faire à Fès».De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc