×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Gary Becker, Nobel d'Economie : La famille, l'adultère, le crime à travers la rationalité économique

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    Le Prix Nobel d'Economie 1992 a été attribué à un professeur de Chicago. Avec Gary Becker, c'est le retour de l'homo economicus rationnel et calculateur dans tous ses comportements, inspiré de la théorie classique.

    Pour la dix-neuvième fois depuis la création de cette distinction en 1968, le Prix Nobel d'Economie a été décerné, Mardi 10 Octobre, à Stockholm par l'Académie Royale des Sciences de Suède à un américain, Gary S. Becker. Ses travaux, souligne l'Académie, ont permis d'élargir sensiblement le champ d'application de l'analyse micro-économique à une vaste gamme de comportements humains et de relations entre individus, même étrangers au marché.
    Gary Becker, né en 1930 en Pennsylvanie, et aujourd'hui professeur à l'Université de Chicago, s'est en effet intéressé dès la fin des années cinquante à des domaines traditionnellement du ressort de sciences sociales autres que les sciences économiques: la famille, l'éducation, la santé, la criminalité... Il s'est efforcé d'appliquer la méthodologie et un raisonnement économique à ces domaines.
    L'homme, au même titre que les ménages, les entreprises et les organisations, est par définition rationnel, estime Becker, et son comportement dans les situations les plus diverses peut se réduire à une analyse des coûts et des bénéfices qu'il peut en retirer, en fonction d'un objectif clairement défini, la fortune ou l'utilité par exemple.
    Dans son "traité sur la famille" (1981), Becker analyse cette dernière comme une unité de production, à l'intérieur de laquelle la répartition des tâches se fait de manière à mettre en valeur les avantages comparatifs des individus qui la constituent. Au lieu d'une analyse reposant sur la dichotomie entre le travail et les loisirs, la répartition du temps est faite en fonction des coûts d'achats et de leur équivalent en temps et en salaire. Parallèlement aux "biens de base" tels les repas, l'entretien, etc., le couple produit des enfants, dans lesquels il investit ensuite, par le biais de l'éducation notamment, de manière à leur fournir à leur tour certains avantages comparatifs qui détermineront sa place dans l'économie.

    Comportement de la famille

    Mais Becker va plus loin encore: il a élaboré une théorie générale du comportement de la famille, comprenant non seulement la division du travail et la répartition du temps, mais également les décisions concernant le mariage, le divorce, voire l'adultère. Ainsi, l'augmentation du revenu expliquerait non seulement l'entrée croissante des femmes mariées dans le monde du travail, mais aussi la montée du divorce. Au fur et à mesure que le salaire réel augmente, il libère la force de travail dans le ménage et rend de moins en moins économique la spécialisation de l'un des partenaires de la sphère de production ménagère, par exemple les soins des enfants, estime en effet Becker. Une partie des fonctions sociales et économiques antérieures de la famille sont transmises à d'autres institutions (entreprise, école ou organismes publics).

    Polémiques

    Le travail de Becker est généralement reconnu pour avoir stimulé les débats et donné des impulsions dans certains domaines des sciences sociales, mais il n'a pas été sans provoquer de vives polémiques. Ses principaux détracteurs ont souligné le fait que Becker ait ignoré d'autres facteurs à la base des comportements humains. "Les faits sociaux se caractérisent tous par une composante économique, et nous ne pouvons pas l'ignorer, mais il est faux de donner la priorité à cet élément dans tous les cas", s'exclame Beat Bürgenmeir, professeur d'économie à l'Université de Genève, grand défenseur de la multi-disciplinarité, et n'hésite d'ailleurs pas à qualifier cette attribution du Prix Nobel de "plutôt maladroite" à l'heure où le monde est pavé de telles incertitudes. C'est une illusion de croire que la discipline économique est une vraie science; nous ne pouvons pas revendiquer l'exclusivité de l'analyse des faits sociaux, estime l'économiste.

    Abdelkrim SAIB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc