×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    1er concours international de piano: Le public vote

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    Lors du 1er concours international de piano, qui aura lieu le Mardi 3 Novembre 1992 au nouveau Complexe Culturel de Sidi Belyout (Rue Léon l'Africain en face de la CTM) à 20 heures précises, organisé par l'Association Marocaine des Amis de Frédéric Chopin, c'est le public lui-même qui aura à désigner deux grands prix parmi les cinq participants représentant cinq pays différents.
    Le public, notamment au Maroc, se montre souvent hésitant devant la musique classique. "Je n'y connais rien", " je peux me tromper"... Telles sont les réactions typiques que l'on entend. C'est mésestimer son plaisir.
    La virtuosité n'est pas seulement le fait de l'interprète, c'est le compositeur lui-même qui le provoque à se surpasser par la complexité des oeuvres qu'il lui propose, et le public ne reste pas insensible, l'émerveillement qu'il éprouve fait jaillir spontanément ses applaudissements enthousiastes.
    Le philosophe français Vladimir Jankélévitch, fasciné par ce phénomène de l'expression musicale, en a étudié tous les aspects dans son livre: "Liszt et la rhapsodie, essai sur la virtuosité". En voici un extrait:
    "Plutôt qu'un contrecoup secondaire de la performance, l'applaudissement en est la suite immédiate et spontanée. Ni réflexe, ni médiation réfléchie! L'applaudissement jaillit directement de la virtuosité; à la fois répercussion physique et retentissement moral de la prouesse, le bruit triomphal qu'on appelle applaudissement prolonge l'écho de la virtuosité: les ovations interminables, l'enthousiasme inlassable, l'adhésion unanime clamée à pleine voix perpétrant ainsi l'ébranlement émotionnel qui prend son origine dans le concert. Et non seulement le triomphe est la suite immédiate de la virtuosité, mais encore, on peut dire que virtuosité et triomphe font partie du même phénomène, sont inclus dans la même fête, appartiennent à la même légende".
    Oui, le virtuose devient sublime par sa prouesse, mais a-t-il su comprendre aussi la beauté intérieure mystérieusement cachée sous les difficultés d'exécution qu'il s'efforce de vaincre?
    Quelques notes très simplement conjuguées, une ligne mélodique évoquée avec douceur peuvent bien aussi faire vibrer l'âme de l'auditeur.
    Lors du déroulement du concours, ce n'est pas l'applaudimètre qui départagera les concurrents.
    Un bulletin sera remis aux auditeurs où ils pourront indiquer leur choix. Le décompte des voix sera fait sur scène et les résultats proclamés immédiatement.
    Cinq pianistes se produiront donc. Il s'agit de: Adrienne Krausz de Hongrie, Marietta Petkova de Bulgarie, Nicolas Ong de Malaisie, Yves Marat de France et Yakov Kasman de Russie.
    Le lendemain, le 4 Novembre, les deux gagnants se produiront au Royal Mansour à partir de 20h précises pour une soirée de gala.

    J. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc