×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Forte hausse de la productivité aux USA

Par L'Economiste | Edition N°:1656 Le 05/12/2003 | Partager

. Bon moteur pour l'emploiLes Etats-Unis ont affiché au troisième trimestre la plus forte hausse de la productivité en vingt ans, une bonne nouvelle qui va pousser les entreprises à embaucher. La productivité du secteur non agricole a bondi de 9,4% au troisième trimestre (en rythme annuel) pour atteindre son plus haut niveau depuis 1983, a indiqué mercredi le département du Travail, qui a fortement revu en hausse son estimation précédente de 8,1%. Cette progression, qui a agréablement surpris les analystes, s'explique par le fait que les entreprises ont réussi à produire beaucoup plus que prévu (+10,3%), alors que le nombre d'heures travaillé a peu augmenté (+0,8%).La tendance n'est pas nouvelle: au deuxième trimestre déjà, la productivité avait atteint 7%, et l'an dernier elle s'était établie au plus haut depuis 1950.Mais les analystes jugent que les entreprises ont tiré le maximum de leurs salariés et qu'elles vont devoir se résigner à embaucher. «La corde de la productivité est tirée à un point limite et il faudra sans doute augmenter les effectifs pour satisfaire la demande future», a estimé Sung Won Sohn de la banque Wells Fargo.Cette demande devrait rester saine si l'on songe que les entreprises se sont remises à investir après une longue période d'apathie et que les consommateurs, crédits pas chers et confiance aidant, devraient continuer à acheter comme ils l'ont fait contre vents et marées depuis trois ans. Pour la productivité, «il faut s'attendre à des chiffres plus modérés à l'avenir» car cela coïncidera avec «un début des embauches», prédit l'économiste indépendant Joel Naroff.Cela laisse augurer d'une vraie reprise de l'emploi, comme l'annoncent de multiples signaux perceptibles depuis quelques semaines.Le rapport sur la productivité lui-même révèle que la hausse des heures travaillées, quoique modeste à +0,8%, est la plus forte depuis le début 2000.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc