×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Financement des partis politiques
Le patrimoine des partis: La grande inconnue

Par L'Economiste | Edition N°:1303 Le 02/07/2002 | Partager

. Qu'elles soient de gauche ou de droite, de nombreuses formations politiques ont été secouées par des affaires qui ont parfois atterri devant les jugesLe patrimoine des partis est une question qui suscite la méfiance. Généralement, dans la comptabilité de ces derniers, les biens sont soit inscrits au nom du secrétaire général, soit au nom de certains membres influents. Cette situation a conduit parfois à des conflits qui ont atterri devant les tribunaux. C'est le cas de Abdellatif Aouad qui, en quittant les rangs de l'OADP, a revendiqué la propriété du journal Anwal, publication enregistrée en son nom. Les juges l'ont réconforté dans sa position. Pour se prémunir contre ces risques, les dirigeants de l'OADP ont procédé au transfert de l'ensemble des biens du parti au nom de son secrétaire général es qualité. Le PPS a vécu une histoire similaire. Après le décès de Ali Yahta, son fils, Fahd, a violemment réclamé son “héritage” sur les titres du parti, qui étaient au nom de son père.A l'USFP, une crise autour du patrimoine allait éclater suite à la scission des pro-Amaoui. Au Congrès National Ittihadi, l'on précise “que les deux partis souhaitent un règlement à l'amiable de cette question”. Vu les derniers développements des relations entre l'USFP et le CNI, un règlement à l'amiable est écarté et l'affaire risque d'éclater au grand jour.L'Istiqlal est de loin le parti qui suscite le plus de questions et de rumeurs. Qualifiée de parti “le plus riche et le mieux structuré du pays”, cette formation n'a rien fait pour démentir ces bruits. Relancés à maintes reprises, les responsables de l'Istiqlal ont été pratiquement les seuls avec ceux du MP à ne pas avoir accordé de rendez-vous aux journalistes de L'Economiste, se contentant de réponses expéditives au téléphone pour le premier et d'écrits succincts pour le second. Les responsables de l'Istiqlal assurent que le parti ne dispose que de locaux dans “certaines régions”, d'un complexe à Casablanca et un “petit” centre commercial à Rabat à la Commune Youssoufia. “L'ensemble du patrimoine est enregistré au nom de Abbas El Fassi”.Le secrétaire général du PND avoue de son côté sans complexe que le patrimoine de son parti se résume à un terrain de 800 m2 situé au quartier Youssoufia à Rabat que le ministère de l'Habitat lui avait cédé en 1994 contre la somme de 300.000 DH, soit 375 DH le mètre carré!!Le RNI a lui aussi été récemment secoué par une affaire révélée par le fondateur des journaux du parti, Abdellah Stouky. Ce dernier, lors d'une conférence de presse, a affirmé qu'“Ahmed Osman a vendu un immeuble offert par Feu Hassan II et qui était en principe destiné à loger les journaux du parti”.Bien d'autres histoires, probablement plus graves, n'ont jamais fait surface sur la place publique. Dans tous les cas, la campagne électorale reste prometteuse. La course entre les partis pourrait fort probablement être animée par des fuites... A. M. & A. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc