×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Financement automobile
    Un nouveau produit de Wafasalaf

    Par L'Economiste | Edition N°:2639 Le 26/10/2007 | Partager

    . Simplification des dispositions d’acquisition d’un véhicule neufUNE nouvelle solution de financement automobile est née à l’initiative de Wafsalaf. Intitulé «Ijar Al Wafaa», ce produit basé sur le principe de la location est le premier du genre. Il s’inscrit dans la lignée des produits de la gamme des solutions «Ijara wa iqtina» autorisés par BAM (les produits Halal). Même si aucune déclaration à ce sujet n’a fusé lors de la présentation du 24 octobre, par Laïla Beqqali, présidente du directoire de Wafasalaf. Toutefois «Wafasalaf est le premier organisme à mettre en place ce dispositif», a-t-elle indiqué. Destiné à plusieurs catégories sociales, l’essence de cette solution réside dans le principe de création de valeur, selon les responsables du leader du financement automobile au Maroc. Il faut savoir qu’une voiture sur deux au Maroc est financée à crédit. Une large proportion revient à Wafasalaf. «Avec 30 agences commerciales et quelque 480 points de vente, nous sommes le premier réseau de crédit du Royaume au niveau des agences», déclare Laïla Beqqali. La moitié des agences de Wafasalaf est dédiée à l’automobile.Par ailleurs, le fonctionnement de cette solution est assez simple. Il s’agit de l’achat d’un véhicule neuf à travers un système de location. Ce mode est assimilable aux particuliers qui achètent leur habitation via des mensualités acquittées aux organismes de crédit. Dans ce cas, c’est l’achat d’une voiture. En effet, le client aura la possibilité d’acheter son bien en payant des loyers fixes et préétablis (marges bénéficiaires). Ils sont ainsi majorés d’un coût de location. Comment cela fonctionne? Le client choisit le véhicule et «Wafasalaf se chargera alors d’acheter le bien et de lui louer», affirme-t-on au sein de l’organisme. Les mensualités sont évaluées en fonction du prix du véhicule et de sa “durée de vie”.Elles sont ainsi définies en concertation avec le client. L’originalité de ce financement réside, entre autres, dans la possibilité de devenir propriétaire automatiquement à la fin de période de location, qui va de 48 à 60 mois, sans s’acquitter d’une quelconque valeur résiduelle, contrairement à la LOA. Aussi, avec Ijar Al Wafaa, le client n’est plus obligé d’attendre le dernier loyer pour acheter la voiture. Il peut le faire à tout moment à une valeur déterminée à l’avance. De plus, fini la contrainte de l’apport de départ, comme c’est le cas pour le crédit. En effet, à la différence d’un emprunt classique, le client ne supporte aucun taux d’intérêt. En cas d’impayés, il règle une pénalité indépendamment de la durée. Destiné à tous les particuliers bancarisés (fonctionnaires, salariés, professions libérales, commerçants...), la solution «Ijar Al Wafaa» permet aux professionnels de déclarer les loyers au niveau des charges d’exploitation. Compte tenu de ses caractéristiques, cette solution fera sûrement parler d’elle. My Ahmed BELGHITI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc