×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Fès: Le Grit devient CRT

    Par L'Economiste | Edition N°:1698 Le 05/02/2004 | Partager

    . Cette mesure sera entérinée vendredi. La nouvelle entité bénéficiera pour la première fois d'un budget régional de promotion La capitale spirituelle connaît de nombreux événements en ce début d'année. Les deux actions-phares restent sans doute la libéralisation du transport aérien avec le vol inaugural de “Corsair” ainsi que le premier congrès de l'Alliance T (groupe de tour-opérateurs) qui s'est déroulé la semaine dernière en présence de près de 600 voyagistes européens. Maintenant, c'est le Grit qui devient CRT. Une réunion se tiendra demain vendredi 6 février, à 16 heures à l'hôtel Zalagh Parc Palace, pour confirmer cette décision et élire le nouveau bureau. “ Notre ville va décoller éminemment. Son décollage semble aujourd'hui assuré grâce aux efforts déployés par les autorités locales, le département ministériel et les professionnels”, indique Driss Faceh, président sortant du Grit et qui est donné favori pour prendre le commande du CRT (Conseil régional du tourisme). Cette nouvelle instance, qui remplacera le Grit, va être en conformité avec la fédération du tourisme. “C'est là que les professionnels doivent expliquer aux élus les difficultés et les convaincre de dépenser le budget de la ville pour améliorer le produit touristique afin de générer des recettes. Ces CRT ont maintenant un budget qui leur est réservé par l'Office. C'est la première fois que l'OMNT a des budgets régionaux de promotion ”. C'est ce qu'avait annoncé Adil Douiri, ministre du tourisme, lors d'un précédent entretien avec L'Economiste.Faceh n'hésite pas de qualifier le congrès des TO comme étant un événement qui intervient à une période où l'aérien commence à se débloquer. Un autre vol quotidien sera assuré par la RAM à partir de fin mars et des tractations se font actuellement avec Globalia pour un vol Madrid-Fès. “La ville ne manquera pas de touristes cette année”, estime Faceh. Et d'ajouter que Fès est en train de réussir l'objectif qu'elle s'était donné il y a une vingtaine d'années: être une destination à part entière pour le séjour. Compte tenu de l'amélioration et l'enrichissement du produit, plusieurs actions sont en cours et d'autres viennent, tout juste, d'être achevées. Le Royal golf est passé à 18 trous. Le Son et Lumières est en restructuration pour être opérationnel dans quelques semaines. “Le festival des musiques sacrées, festival de la poésie et bientôt le festival du bridge (prévu pour la mi-mars)… tous les ingrédients sont réunis pour faire de Fès ce qu'on attend d'elle”, explique Faceh. Ville du patrimoine mondial, Fès est également capitale du thermalisme avec trois grandes stations (Moulay Yaacoub, Sidi Harazem et Aïn Allah). Ses richesses culturelles (monuments historiques, grandes zaouias et prestigieuses mosquées), l'arrière-pays, les lacs et les réserves de chasse, devront inciter les professionnels à mettre en place de nouveaux produits touristiques de qualité. Conscients que leur secteur nécessite un véritable coup de promotion, les professionnels adhèrent positivement à cette vision.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc