×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Le code du travail expliqué aux opérateurs

Par L'Economiste | Edition N°:2274 Le 12/05/2006 | Partager

. Une action menée par l’UGTM et le BIT. Objectif: Promouvoir le travail décent  C’est à travers des rencontres régionales que l’UGTM veut réitérer son programme-pilote pour promouvoir le travail décent. Une action de sensibilisation a été menée dans ce sens à Fès, du 7 au 8 mai dernier. C’est lors d’un séminaire de formation sur «le renforcement des relations professionnelles au Maroc» que les membres du bureau local de l’UGTM, accompagnés par les représentants du BIT (Bureau international du travail) et de l’Usdol (Union syndicale démocrate du travail USA), sont venus dévoiler leur programme devant 32 syndicalistes représentant des ouvriers d’un grand nombre d’entreprises de Fès et Meknès. C’était aussi l’occasion d’expliquer les aspects du nouveau code du travail.Pour Mohamed Alaoui Titna, premier secrétaire adjoint de l’UGTM, le code du travail constitue un élément essentiel qui pratique et instaure les nouvelles cultures régissant et réglementant les relations professionnelles. En effet, le présent code du travail a été élaboré avec la participation des opérateurs économiques et sociaux. Lesquels sont profondément convaincus du rôle qu’ils doivent jouer pour garantir un climat propice au sein de l’entreprise. D’autant plus que l’esprit dudit code s’inscrit dans le respect de la chartre des droits de l’homme et des conventions internationales de l’OIT. Celle-ci sanctionne certaines dérives comme la discrimination, l’atteinte à la liberté syndicale, l’atteinte à la liberté du travail, le travail des femmes et des enfants dans certaines conditions.Par ailleurs, des recommandations ont été retenues à l’issue de la rencontre. Elles portent notamment sur le fait que le Maroc doit ratifier les conventions relatives aux droits fondamentaux du travail, notamment la convention 87. Outre la création des tribunaux du travail et la création de commissions régionales pour le suivi d’application du code du travail, l’UGTM demande à ce que les inspecteurs du travail soient dotés d’un statut particulier leur permettant d’exercer leurs compétences dans le cas de conflit. Enfin, rendre opérationnelle la législation relative à l’indemnisation des salariés pour arrêt de travail (indemnité de chômage), créer un statut particulier pour les syndicats et indexer le salaire par rapport au coût de la vie seraient d’un grand apport. Reste à signaler que l’UGTM a interpellé les encadreurs à assister les nouveaux formateurs et à élargir les formations dans les secteurs public et privé et veiller à une large diffusion et vulgarisation du code du travail.  De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc