×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Audiovisuel: Les détails des nouvelles licences

Par L'Economiste | Edition N°:2274 Le 12/05/2006 | Partager

. Une seule télé: Medi1 Sat . Deux radios économiques autorisées APRÈS plus d’un mois de suspense, le verdict est enfin tombé. Le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) a finalement tranché. Réuni mercredi à Rabat, le conseil a décidé d’octroyer la première génération de licences d’établissement et d’exploitation de services privés de radio et de télévision. En plus de Médi1 Sat, onze projets de radio sont sortis du lot. Principe déterminant dans le choix des projets, la couverture géographique. «Le souci majeur a été que l’ensemble des régions soit concerné par ces premières licences», affirme une source à la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA). D’où la mise en place par celle-ci de 14 bassins d’audience. En dehors des deux radios thématiques, les projets sélectionnés ont en commun le créneau du divertissement qu’elles ont investi. «Cette tendance obéit à une logique strictement commerciale, et non politique, comme on aurait tendance à le croire», ajoute la même source.Ce facteur, doublé du caractère sérieux des projets jugés recevables (4 télés sur 9 demandes et 31 radios sur 52 candidatures) a rendu serrée la compétition. Le haut niveau de leurs promoteurs, doublé de la qualité de certains parmi eux, a rendu le choix encore plus délicat. Des surprises, il y en a bien eu.. Télévision: - Une seule chaîne a une licence d’établissement et d’exploitation. Ce n’est autre que Medi1 Sat. Les autres candidatures (Canal3M et 3TVEM) ont été jugées peu convaincantes, apprend-on à la Haca. La chaîne dirigée par Jean Pierre Casalta (patron de Médi1) se veut une télévision satellitaire d’information générale nationale et internationale, un peu à l’image de la radio. Medi1 Sat diffusera ses programmes en arabe et en français. Elle ambitionne de concurrencer des chaînes comme Al-Jazeera et Al-Arabia à l’échelle maghrébine. . Deux radios multirégionales: - La première est Hit Music, une radio multirégionale musicale couvrant les bassins d’audience de Rabat, Casablanca et de Marrakech. La chaîne appartient à Younès Boumehdi (34 ans), fils du général du même nom. Il s’agit de la grande surprise de ces résultats dans la mesure où le pool où a évolué Hit Music était le même que celui de Kafoumym du groupe Chaâbi, Radio Galileo du fils du Premier ministre, Driss Jettou, et FC Radio de Mohamed Mounir Majidi, directeur du secrétariat… de S.M Mohammed VI. Ils ont tous été déboutés. Ce qui peut être considéré comme un gage de démocratie et du bon déroulement de la procédure de sélection. Boumehdi est adossé au très puissant groupe français Start comptant plus de 40 radios. Une parmi elle, Ado FM (Paris) revendique 650.000 auditeurs assortis de la première place des radios françaises sur la tranche 13-24 ans. Idem pour Voltage sur la tranche 15-35 ans. Les jeunes représentent d’ailleurs la cible prioritaire de Hit Music. À la clef, du divertissement et des informations pratiques et de proximité en arabe, français et amazigh. - La seconde est Cap Radio, une radio multirégionale de proximité couvrant les bassins d’audience du Nord, du Rif et de l’Oriental.Deux associés, anciens MRE des Pays-Bas, en sont les promoteurs. Le premier est Ali Lazrak, ancien chef de programmes et député au parlement hollandais. Le second est Mohamed Laâroussi, connu dans le domaine de la logistique et du matériel audiovisuel. . Quatre radios régionales: - Il s’agit d’abord de Likoul Ennass, couvrant le bassin d’audience de Casablanca. La radio est dirigée par Rachid Hayek, gérant de la maison de disques Tasjilate Al Qahira. -Trois projets présentés par New Publicity (La Gazette du Maroc, Version Homme, Challenge Hebdo…), dirigée par Kamal Lahlou, ont raflé la mise. Ceci, à travers Fès-Meknès FM, Marrakech FM et Agadir FM, tous les trois autorisés. . Deux radios locales de proximité:- Il s’agit de Radio+ et Radio Atlas FM, couvrant respectivement les villes de Marrakech et Agadir, et toutes les deux propriété de Abderrahmane Adaoui, ancien présentateur vedette à la TVM, passé par la suite à la chaîne émiratie d’Abu Dhabi.. Deux radios thématiques: - La première est la Radio d’Eco-Médias, groupe dirigé par Abdelmounaim Dilami et éditeur de L’Economiste et Assabah. Il s’agit d’une radio multirégionale spécialisée en économie et finances et couvrant les bassins d’audience de Rabat et de Casablanca.- La seconde est Bizz FM, de Thami Lghorfi, connu notamment pour l’émission Challenger dont il est l’animateur. Là encore, il s’agira d’une radio multirégionale thématique (économie), mais couvrant les bassins d’audience de Rabat, Casablanca et de Fès-Meknès.


Deuxième génération

PARMI les candidats sérieux déboutés lors de cette première sélection, figurent quelques grands noms. C’est le cas de Radio 20, du groupe Petrom, Radio Founty Seddik Maâninou, ancien directeur à la RTM et ex-secrétaire général au ministère de l’Information, Bahja FM du journaliste Abdellah Stouky, Canal3 Casa et Canal3 Marrakech de l’homme d’affaires Pierre Lambert. Des sources au sein de la Haca affirment que ce ne sera que partie remise. «D’autres projets, déclarés éligibles par le Conseil, seront réexaminés dans une phase ultérieure à la lumière des opérations de recherche de nouvelles fréquences et de sécurisation juridique et technique nécessaire à leur exploitation». Parallèlement à la préparation d’une deuxième génération de licences, la Haute autorité mène des négociations à larges échelles avec l’Agence nationale de réglementations des télécommunications (ANRT) et l’Union internationale des télécommunications (UIT) pour la validation des fréquences. Des négociations avec les pays voisins (Espagne, Portugal, Algérie) sont également entamées dans ce sens. En attendant, les projets ayant obtenu la licence disposent, en fonction du cahier des charges de chacun, d’un délai allant de 4 à 18 mois pour commencer à émettre.Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc