×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Essaouira: Des internats pour encourager à la scolarisation

Par L'Economiste | Edition N°:2202 Le 27/01/2006 | Partager

. Projet de 5 maisons de l’étudiant, initié par la Fondation Miloud Chaâbi. 10 cités universitaires également au programme. Des bourses de mérite pour des études à l’étranger C’EST avec grande solennité qu’a été signée une convention de partenariat pour la construction de cinq Dar Talib, maisons de l’étudiant, dans différentes communes rurales de la province d’Essaouira, mardi dernier. Pour dire l’importance accordée à ces projets sociaux, le document a été paraphé par Habib El Malki, ministre de l’Education nationale, et Miloud Chaâbi, président de la fondation du même nom. Les maisons seront construites à Bizdad, Aït Daoud, Sidi Al Aroussi, Had Dra et Imintlit. «Ces structures étudiées pour héberger dans les 1.000 élèves nécessiteront quelque 15 millions de DH pour leur construction et équipement», explique Miloud Chaâbi. La fondation prend aussi en charge les équipements nécessaires et la gestion administrative et financière des maisons. A noter que Chaâbi a déjà permis la création de 8 autres Dar Talib. Des élèves issus de familles défavorisées sont heureux d’y trouver gîte et couvert. «L’éducation et la formation sont une péréquation primordiale pour le développement humain. Et dans les milieux ruraux, les infrastructures d’accueil permettent de faire régresser le phénomène des abandons scolaires», ajoute le président de la Fondation. Car en dépit des moyens financiers et logistiques de l’Etat, «le ministère a besoin de partenaires sociaux pour réussir ses interventions», indique pour sa part Habib El Malki. Et de confier que grâce à la fondation Chaâbi, l’Ecole supérieure de technologie (EST) est devenue opérationnelle depuis un an alors que l’institut était à l’abandon depuis plus de 20 ans. D’autres projets du même ordre sont également prévus à l’échelle nationale, dans différentes villes du Royaume. De fait, pour les trois prochaines années, l’édification de cinq autres résidences est programmée à Mohammédia, Kénitra, Beni Mellal et dans d’autres agglomérations. A l’actif de la fondation également, des infrastructures beaucoup plus importantes et nécessitant des investissements considérables. Ainsi, Miloud Chaâbi annonce la construction de 10 cités universitaires dans les principales villes du pays. C’est une première au Maroc, sachant que la première cité privée a ouvert ses portes à Kénitra en septembre 2005. Les mêmes structures avec une capacité de 2.000 pensionnaires chacune verront le jour à Safi, Marrakech, Rabat, Casablanca, Agadir et Fès dans les cinq prochaines années. Par ailleurs, la fondation a veillé à la création d’un noyau universitaire dans la ville d’Essaouira. En partenariat avec le ministère de tutelle, l’EST a été édifiée sur plus de 2 hectares avec des investissements de l’ordre de 40 millions de DH. L’Ecole relevant de l’université Cadi Ayyad de Marrakech est opérationnelle depuis la dernière rentrée scolaire. Les étudiants viennent se former dans les spécialités de gestion et informatique. La fondation projette aussi l’édification d’une université à Bouznika. Des bourses mensuelles au profit de lauréats méritants pour poursuivre des études à l’étranger (France, Allemagne, Etats-Unis…) sont aussi au menu des futures actions sociales. Des actions par ailleurs très diversifiées. Ainsi, plus de 7.000 familles nécessiteuses bénéficient d’aides financières sous forme de salaires mensuels. Les 90 pensionnaires de l’asile des vieillards d’Essaouira sont également entièrement pris en charge par la fondation. Toujours dans un esprit de solidarité agissante, celle-ci participe aux opérations de la Fondation Mohammed V pour la solidarité et l’Association Lalla Salma contre le cancer. Enfin, dans le domaine religieux, Miloud Chaâbi a veillé à la construction de 27 mosquées dans différentes villes du Royaume.


Parcours

L’HOMME d’affaires Miloud Chaâbi a créé la fondation en décembre 1982 pour organiser ses actions sociales. Issu d’une famille pauvre dans la région d’Essaouira, il se dit lui-même très sensible à la précarité des familles et des enfants. De la politique, il n’en veut plus parler. Une décision formulée officiellement, mardi dernier, à Essaouira.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc