×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:61 Le 07/01/1993 | Partager

Le gouvernement français limite le licenciement économique

Le projet de loi français portant diverses mesures d'ordre social, et accordant un intérêt particulier au droit du licenciement, fut voté récemment par des parlementaires socialistes et communistes.

Le Parti Communiste, qui est à l'origine de cette initiative, suggérait aux entités judiciaires d'annuler les plans sociaux ne comportant pas de mesures de reclassement pour les salariés licenciés. Cette disposition s'impose dans tous les secteurs industriels où l'intervention des pouvoirs publics en matière de licenciement est moindre.
Le ministre du Travail entend donner plus de rigueur aux plans sociaux, élaborés par les entreprises comportant plus de 50 salariés et qui tablent sur le licenciement de plus de 10 personnes.

Ils doivent comporter en plus des indemnités de départ, des mesures de préretraite et des conventions de reconversion, des mesures supplémentaires propres à améliorer les reclassements. Il peut s'agir de création de nouvelles activités, d'aménagement de la durée du travail, de formation ou de conversation.

La C.E.E. limite l'importation des bananes

La banane "Dollars" produite en Amérique latine ne franchit pas aisément le seuil du marché de la C.E.E. via l'Allemagne ou les multinationales américaines malgré l'ouverture des frontières.
En vue de protéger la banane communautaire ou A.C.P., la Communauté fixe des quotas à l'importation de la banane américaine: 2 millions de tonnes sont imposées à un taux réduit de l00 Ecus/tonne, au-delà de cette quantité, ce taux s'élève à 850 Ecus/tonne.
Les importateurs seront par ailleurs tenus de disposer de licences pour avoir accès à ce droit et d'acheter parallèlement à la banane dollars un pourcentage des autres bananes.

Pour leur part, les bananes A.C.P. bénéficient d'une liberté d'accès dans la limite d'un volume équivalent aux meilleurs exportations de ces meilleures exportations de ces dernières années et de droits préférentiels de 750 Ecus/ tonne au-delà de ce limite. Ceci réconforte les pays producteurs qui ne veulent pas voir le marché européen envahi par une banane commercialisée à des prix dérisoires.

L'excédent commercial japonais est excessif

L'excédent commercial japonais a grimpé à 100 milliards de Dollars au titre des onze derniers mois, il parviendra à 116,5 milliards de Dollars d'ici le 31 Mars, date à laquelle s'achève l'année budgétaire. Les importations ont baissé de 5,7% au mois de Novembre, tandis que les exportations sont restées au même niveau.

Le gouvernement nippon s'inquiète pour ce résultat excessif qui ne manque pas d'occasionner des protestations tant à Bruxelles qu'à Washington. Les uns et les autres estiment que le Japon compense la récession interne par une agressivité commerciale externe et l'obligent à réduire son ouverture vers l'extérieur pour promouvoir son activité interne.

La Bulgarie poursuit sa privatisation

Le programme de privatisation bulgare table cette année sur une recette de 378 millions de Dollars qui proviendrait de 292 entreprises appartenant jusqu'à présent à l'Etat. Celles-ci peuvent être rachetées à hauteur de 20% des actions par les salariés qui peuvent bénéficier d'une réduction de moitié des prix.
A l'exception de l'industrie militaire, de l'énergie et des mines, tous les secteurs sont concernés par cette privatisation ayant porté sur 24 entreprises en 1992. Selon une loi élaborée en Mai, les revenus obtenus iront pour 10% au secteur agricole faiblement développé, pour 20% au dédommagement de ceux dont les propriétés ont été confisquées, pour 30% aux fonds sociaux et pour 40% à la couverture des dettes non remboursables.

Les services de télécommunication depuis le 1er Janvier

Une modification importante apparaîtra au niveau des services de télécommunication avec l'ouverture des frontières.
Elle concerne, d'une part, les téléphones de voitures normalisés GSM conçus depuis le départ pour circuler librement dans la C.E.E., dans ce sens où il suffit qu'un poste soit agréé dans un pays pour que l'opération se généralise dans toute la Communauté. Le secteur de transmission de données sera, pour sa part, ouvert à la concurrence, qu'il s'agisse d'une communication entre ordinateurs ou entre Minitels.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc