×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & carrière
La moitié des travailleurs privés de leurs droits fondamentaux

Par L'Economiste | Edition N°:1779 Le 31/05/2004 | Partager

L’Organisation internationale du travail (OIT) a publié lundi 24 mai un nouveau rapport intitulé “S’organiser pour plus de justice sociale”.Le document d’environ 140 pages se concentre sur la liberté d’association et le droit à la négociation collective, deux droits fondamentaux des travailleurs détaillés dans les conventions n°87 et 98 de l’OIT. L’Organisation note dans son rapport “qu’en termes quantitatifs, le niveau de ratification par les Etats des deux conventions de base engendre que 50% des travailleurs du monde ne sont pas protégés par leurs dispositions”. C’est ce que rapporte dans un communiqué la Confédération internationale des syndicats libres (CISL). De grands pays comme le Brésil, la Chine, l’Inde, le Mexique et les Etats-Unis n’ont toujours pas ratifié les conventions fondamentales de l’OIT sur la liberté d’association. Le Maroc non plus. Le rapport examine plusieurs domaines dans lesquels ce droit fondamental est fréquemment bafoué, dont les zones franches d’exportation (ZFE). “Les travailleurs qui essaient de se syndiquer sont parfois mis sur une liste noire, réprimandés ou mis à la porte. La liste des abus sur de tels lieux de travail est longue”, a déclaré Guy Ryder, le secrétaire général de la CISL. Le document de l’OIT souligne, par ailleurs, que la liberté d’association et de négociation collective n’empêche pas les entreprises ni l’économie en général d’être performantes. “Des conclusions semblables ont été tirées par des recherches menées par la Banque mondiale et par l’OCDE”, précise la Confédération. Et d’ajouter que ces trois institutions ont établi que des droits solides et une bonne protection en matière d’emploi et de droit de se syndiquer étaient associés à un accroissement de l’emploi formel”. H.E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc