×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Education Nationale: Le détail du Plan quinquennal

Par L'Economiste | Edition N°:500 Le 05/05/1999 | Partager

· Le MEN affiche des objectifs ambitieux: 24 milliards de DH pour son budget entre 1999 et 2003
· Objectif: Généraliser la scolarisation à l'horizon 2008 et améliorer la rétention des élèves


Plusieurs projets mijotent au Département de l'Education Nationale. C'est en tout cas ce qui ressort du rapport présenté par la Commission spéciale de l'enseignement primaire et fondamental en préparation du Plan quinquennal 1999-2003(1). Au total, ce sont quelque 18 milliards de DH (uniquement pour les dépenses d'investissement) qui permettront de financer ces différents projets.
Le plus gros du travail concerne le générique de la généralisation de l'enseignement, qui revient après plus de 42 ans. Aujourd'hui, un dead-line est fixé pour 2002 en ce qui concerne la scolarisation pour le premier cycle du fondamental. Quant au deuxième cycle, le Ministère a jusqu'à 2008. Ainsi, les effectifs globaux des élèves passeront d'envi-ron 4.700.000 à 5.755.700, estime le rapport.
Concernant l'amélioration de la rétention des élèves, le Département affiche l'ambition de permettre à 40% des nouveaux inscrits d'atteindre la dernière année du secondaire à l'horizon 2010 contre uniquement 17% aujourd'hui. L'encouragement de l'enseignement privé et du préscolaire est aussi dans le pipe-line.
Outre ces objectifs quantitatifs, l'amélioration de la qualité de l'enseignement figure en bonne place. A ce niveau, le rapport liste la réforme des curricula, de l'orientation et de l'information, l'appui scolaire notamment. Le concept de l'école communale occupe de plus en plus de place dans les priorités du Ministère. Il s'agit de remodeler l'école pour qu'elle devienne un centre d'enseignement communal et non uniquement un centre d'enseignement administratif. C'est en tout cas la philosophie affichée par le MEN. Aussi un projet de réorganisation des établissements scolaires est-il en cours. Ce texte devra donner plus de pouvoir de décision aux directeurs des établissements.
Côté ressources humaines, plusieurs idées sont avancées. C'est le cas du statut du personnel de l'Education Nationale. En prévision de l'augmentation des effectifs des élèves, le rapport estime les besoins en enseignants à environ 14.000 pour tous les niveaux. Les besoins en salles de classe sont, quant à eux, évalués à 5.700.
Pour pouvoir réaliser ces objectifs, l'Education Nationale chiffre ses besoins à plus de 24 milliards de DH annuellement pour son budget pour la période 1999-2003. Les dépenses de fonctionnement sont estimées à plus de 20,5 milliards de DH par an.
L'enveloppe, qui ira à l'éducation non formelle pour cette même période, a été évaluée à 904 millions de DH. A noter que ce programme prend en charge la scolarisation des enfants âgés entre 8 et 16 ans exclus de l'école classique. A l'aide de ce montant, le programme s'engage à réduire l'analphabétisme à environ 20% en 2005 contre 55% aujourd'hui.

Malika EL JOUHARI

(1) Cf L'Economiste du 22 avril 1999.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc