×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

EDF-GDF: L’UE réagit

Par L'Economiste | Edition N°:1796 Le 23/06/2004 | Partager

. Elle demande le retrait du statut d’établissement public Bruxelles a demandé à la France de mettre fin au statut d’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) d’EDF et de Gaz de France en raison de la garantie d’Etat dont ils bénéficient à ce titre. C’est ce qu’a affirmé hier à Paris la commissaire européenne chargée des transports et de l’énergie, Loyola de Palacio, lors d’une conférence de presse. Ces deux entreprises “doivent éventuellement pouvoir faire faillite, or le statut d’EPIC implique la non-possibilité de faire faillite”, a-t-elle ajouté. “EDF et Gaz de France doivent pouvoir jouer à égalité dans le secteur industriel comme une entreprise telle que Renault par exemple”.“Nous contestons le statut d’EPIC”, a affirmé Mme de Palacio.L’examen du projet de loi sur EDF et GDF, commencé le 15 juin, se poursuivra jusqu’à la fin de la semaine à l’Assemblée nationale, samedi inclus éventuellement, a annoncé l’AFP. La discussion de ce texte sera toutefois suspendue jeudi pour permettre la tenue du débat d’orientation budgétaire dans la matinée et l’examen du projet de loi sur le soutien à la consommation l’après-midi et le soir. L’examen du texte issu de la commission mixte paritaire sur la bioéthique, initialement prévu jeudi, a été reporté à une date non précisée. La prolongation de l’examen du projet de réforme du statut d’EDF et GDF a été décidée en raison de la lenteur des débats enregistrée la semaine dernière, où seulement 210 amendements ont été examinés, alors que 1.666 doivent encore être soumis aux députés.Le vote solennel sur l’ensemble du texte a été fixé au mardi 29 juin, entre les questions au gouvernement et le début de l’examen du projet de réforme de l’assurance maladie. En attendant le dénouement, l’action des électriciens-gaziers s’est durcie hier dans de nombreuses centrales nucléaires. Les agents ont voté “la grève reconductible” sur plusieurs sites et dans 15 postes de transformation à très haute tension, dont l’occupation a été décidée par des agents, a annoncé une source syndicale.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc