×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Proche-Orient: Sharon échappe à des motions de censure

Par L'Economiste | Edition N°:1796 Le 23/06/2004 | Partager

. C’est surtout grâce à l’opposition travaillisteDécidément, la chance sourit au Premier ministre israélien Ariel Sharon. Il vient d’échapper lundi dernier à deux motions de censure à la Knesset. Cette «bénédiction» est à mettre à l’actif de l’opposition travailliste, qui escompte obtenir en contrepartie le portefeuille du Trésor dans le cadre d’un cabinet d’union nationale. «Le principal portefeuille que nous allons réclamer est celui des Finances», a déclaré le député travailliste Shalom Simhon.La première motion, déposée par le parti ultra-orthodoxe Shass, à propos de la politique sociale du gouvernement et de la montée du chômage, a été rejetée par 55 voix contre 50, sur les 120 que compte le Parlement. La seconde, présentée par le parti de gauche Meretz et des députés arabes, portait sur la construction en cours d’un segment de la barrière autour de la colonie juive d’Ariel au cœur de la Cisjordanie occupée. Elle a été rejetée par 55 voix contre 15 et 28 abstentions. Le parti travailliste a ainsi accordé son soutien à propos de la colonie d’Ariel. Plus encore, il a permis la liberté de vote à ses élus sur la politique sociale. Déjà la semaine dernière, ce parti a sauvé la mise à Sharon qui a surmonté deux autres motions de censure. A rappeler que le Premier ministre a perdu sa majorité à la Knesset début juin, après le limogeage de deux ministres d’extrême droite opposés au plan de retrait unilatéral de la bande de Gaza. A propos de Gaza, dix mouvements radicaux palestiniens se sont déclarés opposés à tout rôle que pourraient jouer l’Egypte et la Jordanie dans le maintien de la sécurité dans cette bande et en Cisjordanie dans la foulée d’un éventuel retrait israélien. En effet, un communiqué commun en ce sens a été publié hier mardi 22 juin sur le site Internet du mouvement radical islamiste Hamas. «Nous notons avec surprise et désapprobation des pourparlers sur le rôle sécuritaire de plusieurs parties arabes dans la bande de Gaza et la Cisjordanie», ont écrit ces groupes.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc