×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Développement du réseau autoroutier Rabat-Fès: Les consultations bientôt lancées

Par L'Economiste | Edition N°:111 Le 06/01/1994 | Partager

Des consultations pour le tronçon de l'autoroute Rabat-Fès sont prévues début 1994. En attendant, les travaux sur l'axe Rabat-Larache se poursuivent. Le terrassement est pratiquement achevé. Les travaux de chaussée ont été entamés en novembre.

La Société Nationale des Auto-routes lance une consultation d'entre-prises début 1994 pour la réalisation de la section Rabat-Fès. Le commencement des travaux est programmé pour début 1995.

Cette section a connu un trafic de l'ordre de 11.000 véhicules/jour en 1992 entre Meknès et Fès. Le projet de construction d'un axe autoroutier parallèle à la route existante présente un taux de rentabilité économique relativement élevé, de l'ordre de 13 % .

L'axe Rabat-Fès suit celui de Rabat-Larache qui a débuté en 1992.

Une étude a été entreprise par la société Nationale des Autoroutes du Maroc en vue d'arrêter les besoins en infrastructures autoroutières. Elle a abouti à un schéma d'armature autoroutier prévu pour 48.000 véhicules/jour en l'an 2000.

Ce schéma a conduit à la définition d'un réseau totalisant plus de .1,500 km à l'horizon 2010.

A partir de ce réseau de base, l'Etat a défini un programme prioritaire de 580km à réaliser au cours de cette décennie (1993-2003). L'axe Rabat-Larache, long de 150km, est en cours de réalisation. Les liaisons qui s'inscrivent dans ce programme concernent:

- Tétouan-Sebta (40km);

- Larache-Tanger (75km);

- Casablanca-Settat (45km);

- Casablanca-EI Jadida (9Okm).

L'autoroute Rabat-Larache comporte un tracé de l50km. Elle relie Rabat à Kénitra en longeant la lisière de la forêt de la Maâmora. Elle franchit l'Oued Sebou au Nord de Kénitra et longe le littoral qu'elle désenclave en évitant les zones d'habitation. Puis elle s'étire vers le Nord, contournant le site classé ( zone humide ) de Moulay Bousselham, pour atteindre enfin Larache qu'elle rapproche de Kénitra d une distance de 30km.

L'emprise de cette autoroute est de 70m, ce qui permet de construire deux chaussées à deux voies et d'aménager un terre-plein central suffisamment large qui préserve l'avenir pour la réalisation d'une troisième voie (20m entre Rabat et Kénitra et 12m entre Kénitra et Larache).

Les travaux sont entrés dans une phase active depuis le début de l'été 1993 et sont actuellement concentrés sur une section de près des 60 premiers kilomètres. Les travaux de terrassement sont pratiquement achevés sur cette section et ceux de chaussée ont été entamés depuis le mois de novembre 1993. Le projet comporte 5 échangeurs au niveau des villes de Rabat, Kénitra Sud, Kénitra Nord, Moulay Bousselham et Larache.

Afin d'éviter que l'autoroute ne soit un obstacle pour les échanges de part et d'autre de l'axe projeté, un nombre important de "rétablissements" sont prévus. Ils sont au nombre de 110, soit en moyenne tous les 1,5km. Ces passages sont, soit des tunnels, soit des ponts.

Le système de péage définitif sur la liaison autoroutière complète Rabat-Tanger est un système fermé. Il sous-entend que tous les accès de l'autoroute sont contrôlés. L'usager reçoit à l'entrée un ticket de passage qu'il restitue à la sortie, la longueur du trajet et la catégorie du véhicule déterminent le péage à régler. Ce système fermé sera constitué de deux barrières en pleine voie (une côté Kénitra et une autre côté Tanger) et tous les échangeurs (au nombre de 6) seront contrôlés à l'entrée et à la sortie. Ce système serait le plus efficace vu le nombre de voies à équiper et à exploiter. Il minimisera le nombre d'arrêts des usagers et de congestion du trafic.

Mais dans un premier temps, le tronçon sera en système ouvert. Une barrière de péage sera mise en place à hauteur de Kénitra sud et une autre à Moulay Bousselham. Il s'apparente au système existant actuellement pour Rabat-Casa. Ce système est le moins coûteux en investissement en exploitation et assurera 100% de collecte de péage.

Le coût du projet Rabat-Larache s'élève à 2,136 milliards de Dirhams, selon la Société Nationale des Autoroutes du Maroc. Le contrat est conclu, d'une part entre la Société Nationale des Autoroutes du Maroc, et d'autre part le groupement italo-espagnol Italgisas. Les ressources proviennent d'emprunts pour 75% (Fades, Fonds Koweïtien, gouvernement italien) et de fonds propres pour 25%.

La région traversée par l ' autoroute est pauvre en roche dure pouvant convenir à la construction de la chaussée. La recherche de gîtes d'emprunt et des carrières pour l'extraction de matériaux routiers n a pas été aisée, précisent les promoteurs. Des carrières ont été localisées permettant l'extraction de matériaux, mais qui restent fabriqués à des distances appréciables de leurs lieux d'utilisation.

L'autoroute Rabat-Casa : Trafic en hausse de 10 % l'an

Le Trafic sur l'axe autoroutier Rabat-Casa connaît un rythme d'accroissement de 10% l'an. Le trafic moyen journalier enregistré au niveau de la barrière de péage de Bouznika est de 18.200 véhicules en 1993, contre 16.400 en 1992. Il est constitué de 80% de véhicules de tourisme.

Il est prévu un trafic de 27.000 véhicules/jour en l'an 2000.

Les recettes de péage, qui s'élèvent à environ 80 millions de Dirhams pour 1993, ont été affectées en priorité aux dépenses d'exploitation et d'entretien de cette autoroute. Elles ont permis l'amélioration du niveau de service assuré aux usagers.

L'accent a été mis sur la mise en place d'une assistance permanente et rapide aux usagers et sur l'amélioration de la sécurité de la circulation, affirme un responsable de l' entreprise.

A cet effet il a été institué un système d'alerte permettant, selon un responsable de la gestion de l'auto route, de donner 24h sur 24h une information en temps réel sur la circulation et les accidents survenus. Des agents d'exploitation de la Société Nationale des Autoroutes du Maroc effectuent en permanence des rondes sur l'autoroute à bord de véhicules équipés de radio.

Une convention a été signée avec la Direction des urgences et secours. Deux ambulances sont disponibles 24h sur 24h, permettant ainsi de réduire considérablement le temps d'intervention des secours médicaux en cas d'accident, précise ce même responsable.

L'entreprise a procédé à la réfection de près de 33Km de la couche de roulement et à l'installation de glissières de sécurité.

Il est prévu pour 1994, sur cet axe, un réseau d'appel d'urgence.

La Société Nationale des Auto routes du Maroc est une société de droit privé, créée en 1989. Son capital est de 160 millions de Dirhams. Elle a un actionnaire majoritaire public, composé du Trésor, des entreprises publiques et semi-publiques provenant aussi bien de l'industrie que du secteur bancaire, des sociétés de transport et de service.

L'entreprise est investie d'une double mission. D'une part, elle mobilise les ressources nécessaires à la réalisation du réseau autoroutier, à son exploitation et à sa maintenance. D'autre part, elle réalise les investissements à caractère touristique en liaison avec les axes autoroutiers.

Les effectifs de la société atteignent 132 agents, 19 à la direction générale, 88 dans le district de Bouznika, 25 à la Division des Travaux. En 1994, cet effectif passera à 200 personnes avec la mise en exploitation du tronçon Rabat-Kénitra.

Fafima MOSSADEQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc