×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Des tonnes de cocaïne submergent l’Afrique

Par L'Economiste | Edition N°:2639 Le 26/10/2007 | Partager

. 2007, année record pour ce trafic Le trafic de cocaïne sud-américaine vers l’Afrique de l’Ouest s’intensifie et atteint des proportions jamais atteintes auparavant, comme l’attestent des saisies record de plusieurs tonnes récemment effectuées sur des navires au large du continent. Depuis début 2007, environ 12 tonnes de cocaïne ont été saisies, dont 8,2 en haute mer et 3,8 sur terre, essentiellement au Sénégal et en Mauritanie, confirmant le rôle de plaque tournante joué par l’Afrique de l’Ouest dans le trafic vers l’Europe. «Moins d’un cinquième de la drogue est saisie, malheureusement», a déclaré Amado Philip de Andres, représentant adjoint de l’Office de l’ONU contre la drogue et le crime (ONUDC) de Dakar. Le flux total de cocaïne atteindrait donc le chiffre de plus de 60 tonnes depuis janvier. Et le mois d’octobre constitue un nouveau record. Depuis le début du mois, près de 7 tonnes de cocaïne ont été interceptées par les autorités espagnoles sur deux anciens bateaux de pêche, partis du Venezuela et se dirigeant vers le Sénégal. Le 19 octobre, la police espagnole a annoncé avoir intercepté un navire en transportant 3,7 tonnes près des côtes sénégalaises. Six membres d’équipage (quatre Ghanéens et deux Néerlandais) ont été arrêtés. La valeur de la drogue est estimée à 285 millions d’euros. «En Afrique de l’Ouest, on peut acheminer de plus grandes quantités (de drogue) sans se faire remarquer» en raison d’un réseau africain de surveillance quasi-inexistant, selon lui. De plus, de nombreux pays ouest-africains sont classés parmi les plus pauvres et les plus corrompus du monde.Pour contrer ce phénomène, plusieurs pays européens (Grande-Bretagne, France, Irlande, Italie, Espagne, Portugal et Pays-Bas) ont créé un organisme commun basé à Lisbonne pour monter des opérations policières conjointes en haute mer. Ce Centre d’opération et d’analyse maritimes de lutte contre le trafic de drogue (Maritime Analysis and Operations Center-Narcotics, MAOC-N) a officiellement été inauguré en septembre, mais était déjà opérationnel au printemps. «L’année 2007 sera une année record pour les saisies», anticipe le responsable de l’ONUDC. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc