×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Des couples témoignent: Les bébés se portent à merveille, mais les tabous subsistent

Par L'Economiste | Edition N°:1618 Le 08/10/2003 | Partager

Presque tous les couples qui ont accepté de témoigner pour L'Economiste assurent qu'ils se portent très bien et qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter.M. C., originaire de Casablanca, mais qui habite Agadir, est la seule maman qui ait bien voulu nous recevoir. Sa grossesse s'est déroulée dans de bonnes conditions. Elle vient d'accoucher d'un garçon, en parfaite santé, de plus de 4 kg.M. C. a déjà subi quelques tentatives assistées, dans le cadre des techniques relatives à l'AMP, qui se sont avérées infructueuses. Cette fois, le destin a été plus clément avec elle: “Au début, il faut le reconnaître, j'avais peur, peur de revivre les mêmes déceptions, mais par la suite, tout s'est bien déroulé. Durant les quinze premiers jours qui ont suivi l'intervention, j'avais des malaises qui se sont avérés être les premiers symptômes de grossesse”. M. C. se dit très heureuse de l'appui inconditionnel de son entourage familial. “C'est notre famille qui nous a encouragés, mon mari et moi, à subir cette intervention. Leur appui nous a beaucoup aidés”, conclut-elle. Pour le Dr Zniber, gynécologue accoucheur et médecin traitant de M. C.: “Le cas de ce couple était très délicat. La femme était ménopausée alors que son mari présentait une azoospermie totale. Autrement dit, les chances de ce couple d'avoir un bébé étaient très minimes”, affirme-t-il. La solution adéquate pour leur cas était “la micro-injection par biopsie testiculaire, connue plus communément sous le nom d'ICSI après prélèvement épididymaire”. M. C. présentait le cas d'une grossesse gémellaire (des jumeaux), où un est mort par élimination naturelle. Par ailleurs, elle a souffert “au cours de sa grossesse d'une affection sévère. Il s'agissait d'une bronchite aiguë sévère, accompagnée de fièvre et de toussotements, ce qui présageait d'un accouchement prématuré”, précise le Dr Zniber. “Normalement, l'accouchement devait avoir lieu le 22 octobre, mais comme on a constaté des perturbations au niveau du développement général de la grossesse, du bilan sanguin de la mère et que le bébé se présentait mal (présentation transversale), on a décidé de procéder d'urgence à une césarienne”. La maman et le bébé sont tirés d'affaire.Pour les trois autres couples, dont nous avons recueilli le témoignage par téléphone, l'état de santé des mamans et des bébés est réconfortant. Pour un couple de Béni-Mellal, le bébé, une fille de deux mois, se porte à merveille, la maman est fatiguée après la tentative d'hyperstimulation due à un surdosage de médicaments. Pour un autre couple, oujdi, la maman a subi avec succès la même opération que M. C. Actuellement, elle en est à son troisième mois de grossesse, qui se passe dans de bonnes conditions. Le dernier couple est casablancais, il a eu des jumeaux, un garçon et une fille. Le point commun de ces trois derniers couples: ils ne parlent pas de leur famille. Ils rechignent à parler de leur expérience. Les tabous sont difficiles à briser.M. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc