×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Dallah Al Baraka écarté de Taghazout

Par L'Economiste | Edition N°:1723 Le 11/03/2004 | Partager

. Une lettre de résiliation vient de lui être envoyée . Motifs: non-respect du cahier des charges C'est officiel, la société Palais des Roses International (PRI), filiale de Dallah Al Baraka n'est plus dans le projet de la station de Taghazout. Les autorités marocaines viennent de lui adresser une lettre lui notifiant la résiliation de la convention pour l'aménagement de la station. Motifs: non-respect du cahier des charges par le PRI. Cette décision intervient après l'échéance, le 26 février dernier, de l'ultime délai, un mois accordé par les autorités marocaines au PRI pour qu'il se mette en conformité avec le cahier des charges. Pour rappel, une lettre de mise en demeure lui avait été envoyée en janvier dernier. Contacté par L'Economiste, Dr Azzedine Lakhouaja, associé de Cheikh Salah Kamel, PDG du groupe Dallah Al Baraka, dans la société PRI, indique tout simplement que la lettre ne leur est pas encore parvenue. Il ne dira rien de plus à ce sujet. Pour rappel, l'aménageur développeur devait démarrer les travaux de la première tranche début 2004. Mais les dossiers techniques présentés pour l'obtention de l'autorisation de lotir ont été refusés à deux reprises, car jugés insatisfaisants. Par ailleurs, la convention disposait, outre la finalisation des études dans un délai de 12 mois, que le capital de la société PRI soit libéré à hauteur de 140 millions de DH. Or le temps imparti a été dépassé sans qu'aucune de ces exigences du cahier de charges n'aient été respectées. Pourtant les engagements des uns et des autres dans la convention conclue entre PRI et le gouvernement marocain en juillet 2002 avaient été clairement définis dans un document de 260 pages. Si l'échéancier avait été respecté, les trente-cinq unités hôtelières prévues, dont la construction était envisagée en quatre tranches, devraient être fin prêtes vers 2007-2008. Pour les pouvoirs publics, les travaux hors sites à leur charge sont bien engagés et dans les délais. Pour rappel Taghazout est le navire amiral du programme des six stations balnéaires du plan Azur. Du point de vue de la politique économique, la portée de la convention qui avait été conclue sur Taghazout dépassait le simple cadre de ce projet. A elle seule, la station représente 20% de l'objectif d'extension de l'offre balnéaire visé par l'accord-cadre (130.000 lits). Avec une capacité en lits située entre 20.000 et 24.000, Taghazout devait permettre un allégement de la pression sur Agadir et représenter éventuellement une carte importante pour concurrencer les stations du pourtour méditerranéen, à commencer par les îles Canaries. En tout cas, le ministère du Tourisme tient à son projet et l'aménagement de cette station se fera quoi qu'il en soit.


PRI: Les créanciers toujours impayés

On ne peut faire allusion à PRI sans parler de l'hôtel Méridien Palais des Roses à Agadir. Surtout que le litige qui oppose depuis plusieurs mois l'hôtel Palais des Roses à Agadir et ses créanciers (www.leconomiste.com) n'est toujours pas réglé. Les fournisseurs qui ont participé à la réalisation de l'établissement attendent toujours le paiement. Maître Ali Kettani, avocat de plusieurs créanciers, envisage de recourir dans quelques jours à la Justice pour la mise en liquidation de la société. Auparavant, il a adressé une lettre à Cheikh Salah Kamel, président du groupe Dallah Al Baraka, pour solliciter le règlement au plus vite de ses clients.Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc