×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2215 Le 16/02/2006 | Partager

Chère essence

. Peuple matelas Le peuple marocain est comme un matelas pour le gouvernement. A chaque fois qu’il a besoin d’octroyer des augmentations à ses amis, il en tire ce qu’il faut. Le prix qu’on paye est celui du temps où le prix du baril avait atteint 80 dollars. Ces gens savent faire les calculs qui leur plaisent. Haddou. Non sans mon dromadaire.... La spéculation sauvage (l’usure), la soif de la Chine et des autres pays d’Asie, l’insécurité en Irak et au Golfe comme en Amérique latine, sans compter l’instabilité au Nigeria, au Tchad, en Algérie etc. tous ces facteurs appellent les décideurs intelligents à chercher d’autres solutions. D’urgence. Même si au Maroc, nous avons des réserves de pétrole potentielles, il est impératif de freiner notre dépendance actuelle. 90% du trafic routier dans les villes est inutile. Gaspillage! généraliser l’énergie solaire et l’appliquer aux véhicules (la technique existe). Donc, il est préférable que les prix flambent encore, un litre d’essence/diesel pour 100 DH est nécessaire... puisque la majorité des Marocains(es) n’ont nullement besoin d’une 4X4 pour parader dans les avenues.Dr Zoubir. Indexez nos salaires aussi!La logique de l’indexation devrait aussi s’étendre à nos revenus et autres prestations sociales. Pourquoi adopter un système en rapport avec les salaires en Europe pour des consommateurs dont les 2/3 vivent dans la misère. Alors M. Jettou, continuez sur votre logique et indexez les salaires, allocations familiales et autres sur le niveau des pays sur lesquels vous avez calqué votre système. Ce ne serait que justice pour celui et celle qui paient leur carburant et n’ont pas de bon gratuit comme nos décideurs … Archimède. Le baril à 100 $ A quelque chose malheur est bon, cet adage sied parfaitement à notre pays. Il a fallu le séisme d’Al Hoceïma et ses conséquences désastreuses pour voir nos responsables décider et exiger des plans de construction antisismique, c’est triste mais c’est comme ça. Le prix du pétrole ne fera que flamber, ce n’est malheureusement pas une richesse intarissable, la demande est croissante, à nous de développer de nouvelles sources d’énergie, solaire, éolienne, nucléaire etc. Il faut aussi revenir à nos schistes dont le coût d’exploitation paraissait onéreux à 34 $ le baril, qu’en est-il aujourd’hui? Les analystes prévoient un baril à 100 $ bientôt. Notre ministre de l’Energie nous promet une baisse, il ferait mieux de nous préparer à une nouvelle hausse inévitable. Saïd K.. L’offre et la demandeIl devient nécessaire que producteurs et consommateurs, surtout les grands (Chine, UE, USA...), se réunissent pour trouver des solutions: Assurer la fluidité et l’élasticité de l’offre quelle que soit la conjoncture politique pour faire face à la demande croissante, investir dans les technologies nouvelles en matière de production et d’économie d’énergie, garantir plus de concurrence dans la production et la distribution internationales des hydrocarbures. L’augmentation des prix à caractère structurel de l’offre actuelle et aussi conjoncturel, a permis à des Etats et aux sociétés spécialisées de réaliser des bénéfices exorbitants. Il est à relever que les augmentations touchent beaucoup de produits, ce qui va induire une réduction du pouvoir d’achat et par conséquent plus de paupérisation; une approche des revenus et pensions, dans le sens de l’augmentation, s’avère urgente.M.Benz. C’est normal C’est tout à fait normal, le prix d’un baril de pétrole au marché international est d’à peu près 70 $ et les subventions de l’Etat ont atteint quelques milliards de DH, c’est trop (…) je pense que les conditions macroéconomiques autres que la hausse des cours du pétrole ont joué leur rôle et l’Etat n’a pas les moyens pour continuer à subventionner les prix. Surtout quand les cours internationaux du pétrole dépassent les 60 $ donc c’était juste une question de temps avant que l’Etat ne décide l’indexation des prix. Jalaladine


Grandes écoles: Montée de l’islamisme

. Fanatiques Nous récoltons ce qui fut semé par l’ex-ministre de l’Intérieur qui avait introduit les fanatiques fondamentalistes dans les universités pour contrer l’extrême gauche dans les années 70, il leur a cédé même des zones pour l’entraînement de leurs milices. De même, nous récoltons le contenu médiocre et en grande partie de forme médiévale avec en plus la suppression de la philosophie. Nous devons nous ressaisir avant qu’il ne soit trop tard. Déjà des signes inquiétants apparaissent: beaucoup de Marocains sont arrêtés en Europe et ici comme des membres de cellules fanatiques à projets terroristes. Nous devons entreprendre le plutôt la réforme de notre enseignement dans son contenu et sa forme (introduction des TIC, enseigner les sciences en français au lieu du bilinguisme sur une même page jusqu’au secondaire, donner plus d’importance aux langues étrangères et la philo). Enfin les partis démocratiques sont plus invités à investir les campus, de même les médias, les entreprises et le gouvernement devront plus s’intéresser aux jeunes, créer de l’espoir et des perspectives d’emploi.M. B.. Faux problèmeVotre analyse sur l’islamisation est complètement erronée. Vous posez un problème qui vous dépasse. En quoi ça vous dérange que le Marocain renoue avec la ligne droite qui est l’Islam?! L’équipe de l’Economiste se comporte comme un journal étranger appartenant à l’extrême droite. Vous oubliez complément notre devise qui est Dieu la Patrie le Roi. Vous oubliez que notre pays est musulman, que le Maroc est une terre d’islam. Vous oubliez que le Roi est Amir El Mouminine. Je crois que vous avez perdu la boussole. Occupez-vous de vos chiffres concernant l’économie pour sauvegarder votre sérieux qui était incontestable jusqu’à nos jours. Comment osez-vous parler de voile au Maroc alors que ça fait partie de notre culture. Allah ya star. Nos partis politiques sont tous en faillite sans exception. Ils n’arrivent plus à encadrer nos jeunes et en voilà les conséquences. Dieu merci de nous garder notre Souverain. Le seul espoir de sortir le pays de son marasme.Equinoxe. Un voile sur les yeux!!Je suis totalement pour la liberté des droits. A condition que ceux-ci n’empiètent pas sur ceux des autres. Malheureusement les activistes dont il est question monopolisent les postes dans les associations estudiantines et leur servent de véhiculer leur message obscurantiste, où musique rime avec diable, et rencontres culturelles avec prêches sacrés! Encore une fois, le vide laissé par nos chers partis politiques dans le monde universitaire, ne fait qu’accentuer la dépendance du monde estudiantin à une minorité qui n’a pour vertu, que d’avoir su s’organiser alors que le Maroc entier sombrait dans la « Fouda» voulue par les instances dirigeantes ! Eh oui, le Maroc découvre ce que la démocratie veut dire, il faut savoir convaincre pour gouverner et non l’inverse! A bon entendeur salut, Moncef (lauréat d’une grande école marocaine). Quelques remarques...J’ai fait la plus grande Ecole de Commerce du Maroc. J’ai quelques remarques à propos des «Islamistes» qui noyautent les écoles et instituts:- Ces gens qui s’érigent en donneurs de leçons ne se privent pas de faire les pires magouilles. Leur crédibilité (dans le sens droiture et honnêteté, en gros l’image qu’ils veulent donner) est donc de zéro pour moi;- Ces gens sont censés représenter le Maroc de demain, ouvert sur le monde économiquement et culturellement... ils sont donc amenés à avoir des postes de responsabilité, ce qui n’est pas très compatible avec leur esprit étriqué;- Ils sont le produit d’une gestion catastrophique «basrienne» de ces institutions avec des directeurs incompétents qui étouffent toute initiative privée (type bureau des étudiants, associations, échanges, etc.). Ces remarques ne s’appliquent bien évidemment pas à tout le monde, je ne généralise pas, mais je crois qu’il y a des tendances communes à tous les établissements d’enseignement supérieur.Abdou F.A.. Pourquoi cela vous dérange?Merci de voir que nos jeunes s’attachent à leur religion. D’ailleurs, c’est une évolution normale de la société vers la ligne droite. Je ne comprends pas pourquoi le journaliste de L’Economiste est dérangé: et le voile ou la barbe font partie de notre doctrine musulmane. D’autre part, dans un Etat démocratique, toute personne a le droit d’exercer sa religion et déclarer ces croyances religieuses. Ce que je n’arrive pas à comprendre, au lieu de se pencher sur les vrais problèmes, notre presse cherche des sujets sans aucune importance. Mais cette attitude est normale dans un monde où les courants et les idées se divisent. Notre pays ne fait pas l’exception, il est influencé et n’arrive pas à garder son identité et trouver son équilibre en tant que pays musulman ouvert sur la civilisation occidentale. (…). Enfin je voudrais dire que ces derniers temps L’Economiste est éloigné de sa vocation essentielle: les sujets économiques. Je vous demande de revoir vos articles qui n’ont aucune importance par rapport à d’autres journaux économiques. Je tiens à vous dire que mon avis est personnel et je n’appartiens à aucun parti.Hicham


Hausse des prix de l’eau

 Oui pour les hausses justifiées, mais aussi pour une révision des salaires et subventions de certains produits de première nécessité pour la classe modeste. A. La justice dit que ceux qui consomment plus payent plus. Cependant, ceux qui font les tarifs sont ceux qui consomment plus. On en a assez des icebergs qui cachent les vraies montagnes. Hafida Même minime, cette hausse touche la misérable bourse de la majorité des citoyens alors que d’autres ne sont pas conscients de la valeur de ce liquide vital. Le gaspillage et la mauvaise répartition de cette source de vie font le malheur des uns et l’indifférence des autres. Houda Abus de consommation Quand on voit l’abus de consommation de ce liquide vital par certaines franges de la population, on est en droit de penser que cette hausse demeure modeste mais injustifiée pour les classes populaires. Il faudrait donc revoir le système de péréquation en vigueur, car l’eau destinée à être bue par le vivant n’a pas la même valeur que celle destinée aux piscines et aux pelouses de villas et de golfs.Hassouna Dilapidation excessive Alors que le modeste contribuable souffre pour joindre les 2 bouts et surmonter le fardeau des quittances électricité+eau+loyer+ nourriture+fournitures scolaires dont la flambée des prix ne cesse de galoper, il y a des gens, soi-disant responsables, peu soucieux du devenir de ce pays, narcissiques et mégalos à la fois, s’attribuent indûment les deniers publics, pire que ça, programment des projets d’aucune utilité publique. Un lecteur a évoqué le cas de Beni Mellal et région, que dire de celui qui construit une piscine et une fontaine dans un bled où l’eau est «importée» d’une ville distante de plus de 100 km? Sahraoui marocain IllogismeLa règle «stagnation des salaires - augmentation de l’eau et de l’électricité» est tout à fait illogique. Solutions :A- Comme les Marocains n’ont absolument pas une éducation d’économiser de l’eau (on en gaspille tellement), il faut travailler là-dessus.B- Bonne instruction de la personne privée sur les appareils électriques (électroménagers) en leur degré d’économie avant de les acheter (A, B, C, D respectivement de plus économique au moins économique).C- Créer des concurrents à l’ONE et à l’Onep parce qu’ils ont tout deux le monopole donc ils appliquent la loi de : ou tu payes ce qu’on t’exige, ou tu restes dans le noir et assoiffé.D- Doit y avoir une transparence entre les propos des communes et les sociétés qui livrent le service tant que chaque côté pousse la responsabilité d’augmentation à l’autre.E- Il faut réagir sur tout ce qui ne nous plaît pas et ne pas toujours se soumettre aux fautes des autres sur notre compte.F- Trouver une politique entraînant un équilibre entre l’offre qui devient de plus en plus chère et les moyens limités du consommateur qui ne connaissent pas des variations visibles avec le temps et sur-le-champ.Hasnaa


Libérez les sources volées!

Est-ce que l’eau gaspillée dans les piscines, le gazon, les «jardins» (visitez les environs de Rabat, Casa et autres villes) est du même prix que l’eau ramassée au compte-gouttes à la campagne? A Ksiba, le torrent et sa source ont été tout bonnement détournés par. .. le caïd et le gouverneur. Droit dans leurs villas. Il reste un « ruisseau» nauséabond. Le même spectacle à Beni Mellal, la source Tamegnounnt assassinée par un caïd, les arbres rasés et maintenant c’est la source Asserdoun, Tassemith (on prive les villageois de leur source pour...élever des mouflons destinés à la chasse). De même à Ouzoud, Azilal, Khénifra… tout le Maroc. Nous n’avons pas un manque d’eau au Maroc mais un système de distribution vétuste et nocif (les canalisations souterraines rouillées et donc perdant 20% de leur contenu dans la terre), une répartition injuste et criminelle (laver sa voiture devant sa maison, au tuyau alors que le campagnard ou le montagnard doit faire des kms pour un seau d’eau à boire, bref le gaspillage). A mon avis, l’eau devrait suivre un système de coefficients: en ville (villa avec piscine et jardin) une hausse de 500% à renouveler selon la saison. Dans les villages: gratuite. Et libérer nos sources volées par les caïds et compagnie.Dr Z.


. Corbeaux, attention à vos plumes!Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc