×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Oups! on a oublié la ceinture

Par L'Economiste | Edition N°:2215 Le 16/02/2006 | Partager

. Port obligatoire à l’avant et à l’arrière, dès qu’on prend la route. Terminée l’année de grâcePlus de répit pour les conducteurs et tous les passagers (avant et arrière) qui ne portent pas la ceinture de sécurité, en dehors du périmètre urbain. L’année de grâce accordée aux véhicules non équipés en ceintures, mis en circulation avant le 3 février 2005, vient d’expirer. Dorénavant, tout manquement à cette règle est passible d’une amende de 100 DH, par personne en infraction. En cas de non-paiement immédiat par le conducteur, celui-ci est soumis à une amende judiciaire dont le montant peut atteindre 200 DH. Les passagers des véhicules déjà équipés en ceintures de sécurité à l’avant et à l’arrière étaient tenus de respecter cette mesure depuis le 3 février 2005. Ces dispositions ont été prises suite à l’adoption, par le Conseil des ministres du 6 janvier 2005, du décret modifiant et complétant l’arrêté du 24 janvier 1953, sur la police de la circulation et du roulage (www.leconomiste.com). L’objectif étant de mettre un terme à l’hécatombe des routes nationales de plus en plus meurtrières. Si le décret du 3 février 2005 a manifestement modifié le comportement des automobilistes en ville (sauf malheureusement pour les taxis), le port de la ceinture par les passagers des sièges arrière déplaît. D’abord, elle suppose des frais supplémentaires et, ensuite, elle est peu commode pour les familles nombreuses qui s’entassent à l’arrière. Vente et montage de trois ceintures d’occasion coûtent autour de 300 DH à la ferraille de Casablanca. Le prix au neuf s’élève à 100 DH l’unité. Selon un importateur de pièces détachées, beaucoup d’automobilistes ont équipé leur véhicule au lendemain du décret. Les ventes de ceintures provenant essentiellement de Turquie avaient plus que doublé. Mais, à l’approche de l’expiration du délai, aucun engouement particulier n’a été enregistré ni dans les commerces ni à la ferraille. En un an, les automobilistes ont dû oublier. Peut-être qu’il fallait le leur rappeler?! En tout cas, depuis le 3 février, la gendarmerie peut verbaliser. Mais selon un officier, il faut faire preuve d’indulgence, le temps que les automobilistes s’habituent.Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc