×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1656 Le 05/12/2003 | Partager

EditorialEnvironnement au Maroc: vers quel avenir?LA protection de l’environnement occupe une place importante lors de l’élaboration des stratégies de croissance économique et sociale, à long et moyen termes, de plusieurs pays, notamment ceux en voie de développement. Le Maroc, en tant que pays en voie de développement, connaît, lui aussi, une poussée démographique élevée et des impératifs de croissance économique soutenue qui engendrent une forte pression sur les ressources naturelles et une dégradation multiforme de son environnement. Tous les acteurs socioéconomiques marocains, notamment l’Administration, sont, logiquement, appelés à concevoir et adopter une vision globale, consensuelle et intégrée, qui a pour finalité de faire de la protection de l’environnement une composante essentielle dans la stratégie de développement socioéconomique. Or, à l’heure actuelle, il semble que nous sommes toujours en période de difficile gestation et le Secrétariat d’Etat chargé de l’Environnement tarde à accoucher d’une stratégie dans le domaine. D’où la question, environnement au Maroc: vers quel avenir?M. Benkaddour (APCE Oujda)[email protected]ActualitésLes pesticides rendent-ils stériles?Les études, de l’équipe Danoise du Pr Niels E. Skakkebæk (selon Terre et Vie No 8, Juillet 1994), ont montré qu’entre 1938 et 1990, chez l’homme, le nombre moyen de spermatozoïdes par unité de volume avait diminué de près de la moitié. Parallèlement, les taux d’anomalies génitales observées à la naissance chez les garçons ont augmenté considérablement. Enfin, plus grave encore, la proportion de cancers du testicule s’est multipliée par trois ou quatre en une cinquantaine d’années. Que s’est-il donc passé pendant ce demi-siècle?Des modifications de toutes sortes sont intervenues dans notre environnement: augmentation des sources de radiation ionisante (centrales nucléaires) et des métaux lourds (plomb), augmentation de la consommation de cigarettes, chaleur due à des pantalons trop serrés... Toutes ces perturbations, on le sait désormais, sont susceptibles d’enrayer la bonne marche de notre système reproducteur. Mais, actuellement, on soupçonne tout particulièrement des substances capables d’interférer directement avec le processus physiologique de production des spermatozoïdes, notamment certains insecticides, herbicides et autres pesticides. Le ministère de la Santé publique doit-il rester indifférent devant cette situation et ces données inquiétantes?Y. Gssir (APCE Oujda)[email protected]ConseilsFemme allaitant ou enceinte, faut-il faire attention à l’eau du robinet?Comme les nitrates peuvent se retrouver dans le lait maternel, les femmes qui allaitent ou qui sont enceintes doivent éviter de boire de l’eau du robinet dont la teneur en nitrates peut être élevée.De même, il ne faut pas utiliser l’eau du robinet ou de puits pour la préparation du lait et des aliments pour les bébés et il ne faut pas leur en donner à boire.Le premier problème associé, en effet, à l’ingestion des nitrates est celui de la cyanose (décoloration bleutée de la peau et de la bouche), la difficulté de respirer et la fatigue.Certaines études font état de liens possibles de l’ingestion des nitrates avec d’autres problèmes de santé, tels le cancer de l’estomac, les malformations congénitales, l’hypertension, l’hypertrophie de la glande thyroïde et l’hématosarcome, alors que d’autres n’établissent pas ces liens.Ce que nous pouvons dire, c’est qu’à l’heure actuelle, les preuves font encore défaut pour tirer des conclusions solides et prouvées.Mohammed Ouhssine (AMPOC – Kénitra) [email protected]A bon entendeur…- Les forêts et les marécages doivent normalement être restaurés pour absorber le dioxyde de carbone et les eaux des inondations et filtrer les éléments de contamination de l’eau avant que celle-ci n’atteigne les réserves.- Une meilleure gestion de la fertilisation et un contrôle plus poussé du cycle d’azote dans le sol peuvent être un moyen de réduction des concentrations en oxyde nitreux à “effet de serre”.Alors, organes chargés de la protection de l’environnement, quels moyens, notamment de financement, avez-vous réservés pour cela?oMohammed Ouhssine(AMPOC – Kénitra)[email protected]Eco-InfoRessources naturelles: Le Maroc avant-dernier!Selon le rapport (Etat de l’environnement au Maroc 2002) du Secrétariat d’Etat chargé de l’Environnement, la situation future des ressources naturelles au Maroc constitue un grand obstacle devant le développement économique et social. Ces ressources, diversifiées et riches biologiquement, se trouvent menacées par:- l’exploitation abusive,- la dégradation des champs forestiers et des oasis,- l’augmentation de la salinité des eaux,- l’extension de l’urbanisation,- et l’extension des décharges publiques non contrôlées.Pour cela, l’Unesco (dans son rapport: dégradation de l’environnement et qualité d’eau établie en octobre 2003) vient de classer le Maroc à la 121e place sur les 122 pays cités dans ce rapport.M. Benkaddour (APCE Oujda)[email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc