×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2418 Le 08/12/2006 | Partager

Editorial: Devoirs

DE plus en plus de Marocains commencent à être sensibilisés à tout ce qui touche au consumérisme et à l’existence d’associations protégeant leurs intérêts. Ce mouvement est certes encore jeune, mais il a le mérite d’être là. Il existe notamment par ses interventions dans différents médias pour toujours informer et sensibiliser. Il tente aussi de traiter des litiges à l’amiable. C’est donc tout un travail qui démarre pour que les associations puissent un jour devenir de véritables lobbyings et de grands canaux de transmission. Ici, nous tenons à remercier tous nos interlocuteurs qui contribuent chaque jour à l’émergence de ce mouvement.De nombreuses instances, publiques et privées, traitent de plus en plus fréquemment de questions intéressant directement les consommateurs. Mais, d’autres, pour une raison ou une autre, ne répondent pas encore aux attentes. Cela peut être à l’origine de l’amplification des accidents de la vie courante. Pour rappel, un accident de la vie courante (AVC) est un traumatisme non intentionnel qui ne survient ni sur la route (accident de la circulation), ni pendant les heures de travail en relation avec un emploi salarié ou une activité indépendante. Les AVC se répartissent entre les accidents domestiques, ceux survenus à l’extérieur (magasins, administrations,...), les accidents de sports ou de vacances et de loisirs.Il est de notre devoir, en tant qu’association de protection de consommateurs, de jouer le tampon entre les parties, mais nous sommes là aussi pour exprimer avec force les attentes et besoins. Comme nous le souhaitons, nous voulons être entendus par les autorités. Nous continuons à rassembler les compétences de chacune de nos associations nationales pour prendre des positions et construire ensemble des stratégies communes. Enfin, nous allons poursuivre notre tâche de lobbying afin de faire face aux comportements qui touchent au bien-être, à la santé et à la vie du consommateur. Car, et nous ne cesserons jamais de le rappeler, notre objectif final est que le consommateur finisse par connaître et cerner ses droits et ses obligations. Mais aussi de le pousser à se prendre en charge, à réagir et à se comporter en consommateur responsable ayant des choix et des priorités.Mohammed [email protected]


Actualité: Poteaux électriques: Attention, danger!

A Casablanca, un poteau électrique, en tombant, a sévèrement blessé une petite fille. Ce n’est pas la première fois qu’un incident de ce genre se produit et n’est pas limité à cette ville. Un deuxième cas est arrivé à Safi particulièrement sur la route de Si Issa. Nous rappelons au consommateur qu’il faut faire très attention et éviter tout poteau suspect. En tant qu’ONG de défense des consommateurs, nous demandons aux agences et régies d’assumer leur responsabilité et d’agir le plus rapidement possible, à travers un entretien régulier et poussé. Nous avons constaté qu’un nombre important de poteaux en béton est voué à la chute à tout moment. Nous citons l’exemple du boulevard Atoufani dans la ville d’El Jadida où sept poteaux sur dix sont dans un état déplorable. Ils se trouvent entre l’avenue Souss et Achouhadaa. Pourquoi les autorités responsables réagissent-elles après coup? Faut-il attendre d’autres victimes?«Un poteau électrique en béton totalement érodé sur une avenue, à El Jadida, qui enregistre un trafic important. Une situation rencontrée dans de nombreux endroits dans différentes villes« Mohamed Sghir DIBISecrétaire généralAEPC-El [email protected]


Eco-Info

. Haro sur le tabacLa cigarette tue chaque année des millions de personnes. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce sont pas moins de cinq millions de personnes qui meurent chaque année des effets néfastes de la consommation de tabac. L’OMS, qui estime le nombre de fumeurs dans le monde à 1,3 milliard de personnes, prévient qu’en 2020 le nombre de décès occasionnés par la cigarette pourrait atteindre 10 millions, dont 70% dans les pays dits en développement. Au Maroc, la situation est aussi alarmante. Selon les études effectuées par le ministère de la Santé, le nombre de fumeurs a atteint 34,5% de la population masculine âgée de 20 ans et plus (cf. www.leconomiste.com; édition du 31 mai 2006). Lors de la dernière journée mondiale, l’OMS n’est pas aller de main morte dans son communiqué: «la stratégie de base de l’industrie du tabac n’est guère nouvelle. Ce n’est qu’une variante des campagnes de lancement de cigarettes «légères» et «à faible teneur en goudrons» qui ont si efficacement fidélisé les consommateurs, racolé de nouveaux clients et fait échec à la lutte antitabac».Aujourd’hui, les pays développés ont déclaré une guerre sans merci à ce fléau. Tous les espaces publics affichent en gros et en gras la mention «Interdiction de fumer» et les fumeurs sont traqués là où ils sont. Avec de sévères amendes à l’appui. Chez nous, la prise de conscience est là, mais uniquement sur le papier. Des campagnes de promotion de la cigarette sont même menées, avec des tombolas et des cadeaux alléchants à gagner et donc le consommateur est incité à acheter plus et à consommer plus. Alors que sur les paquets de cigarettes vendues à l’étranger, l’inscription «FUMER TUE» est obligatoire. Chose que nous attendons au Maroc. La loi existe (15-91) et interdit la publicité des cigarettes. Il faut aujourd’hui passer à la vitesse supérieure de manière urgente car trop de personnes fument encore et trop de jeunes y adhèrent aussi.AEPC-El [email protected]. Sensibilisation à la qualité des chauffe-eau à gazA l’occasion de la 10e semaine nationale de la qualité, l’association de l’environnement et de la protection du consommateur d’El Jadida, en partenariat avec la délégation de commerce et d’industrie et la Chambre de commerce et d’industrie et des services d’El Jadida, a organisé, le 15 novembre dernier, un atelier de sensibilisation sur la qualité des chauffe-eau à gaz, leur commercialisation et leur mise en marche conformément à la norme marocaine. Au cours de cette rencontre, les participants ont été informés sur les nouvelles mesures à prendre en compte, telles que définies par arrêté ministériel. Et cela, conformément à la norme marocaine NM 14.2.018 (Bulletin Officiel du 7 septembre 2006). Lors de cet atelier, des recommandations ont été émises et des décisions été prises dont les plus importantes sont:  -Sensibiliser et encadrer l’ensemble des citoyens de la province d’El Jadida, des nouvelles mesures, en collaboration avec la Fédération des Associations des quartiers. -Tenir une réunion avec l’Agence urbaine, les architectes et les promoteurs immobiliers pour étudier la possibilité d’isoler le chauffe à gaz dans un lieu sûr et aéré (balcon, atelier, terrasse...).Moncef MADIHAEPC-El [email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc