×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Yousra: «J’aime les rôles qui dérangent»

Par L'Economiste | Edition N°:2418 Le 08/12/2006 | Partager

L’actrice égyptienne Yousra compte quelque 80 films en moins de 20 ans de carrière. Elle a joué pour les plus grands réalisateurs. Cette dernière entretient des relations très particulières avec le FIFM. Manifestation qu’elle ne raterait pour rien au monde. Yousra a, en effet, quitté Le Caire où se tient un autre festival du cinéma pour assister à la projection d’«Omarat Yacoubian».  . L’Economiste: C’est un rôle secondaire que vous interprétez dans ce film. Mais vous avez tenu à être présente à la projection. Pourquoi? - Yousra: Juste une petite précision. Le rôle de Christine que j’interprète est certes secondaire mais très important dans l’histoire. C’est une nouvelle expérience pour moi et un challenge. Et d’une telle responsabilité! . Justifie-t-il pour autant un aller et retour pour le présenter à Marrakech?- (Rires). Il y a un peu de tout. Je vous rappelle que le film «Omarat Yacoubian» ou l’Immeuble Yacoubian est tiré d’un livre Alaa El-Aswany, qui dès sa parution en 2002, a choqué le monde arabe, encore plus les Egyptiens. Et je suis connue pour accepter tout rôle un peu dérangeant.Maintenant, je ne vous cacherai pas que j’adore le Maroc et Marrakech particulièrement. Ce sont des relations d’amitié et d’affection qui me lient au Festival de Marrakech. Un hommage m’a été rendu en 2003 alors que je n’y m’attendais pas. J’ai par ailleurs en projet un film qui sera tourné à Marrakech.   . Comment s’est passé la collaboration avec Marwan Hamed, tout jeune réalisateur?- Parfaite. Et je parle aussi au nom des autres acteurs tout aussi enthousiastes. Nous avons tous cru en ce jeune réalisateur, et lui s’est appuyé sur notre expérience. C’est ce qui a donné ce merveilleux chef-d’œuvre.. Le dernier film d’Inès El Deghidi, «Allons danser», que vous avez interprété a suscité une grosse polémique… - De par son style, Inès El Deghidi suscite toujours des polémiques, car elle prend souvent pour thème des sujets concernant la femme ou des sujets étroitement liée à la condition féminine. Sa vision est si proche de la mienne que je ne pouvais y être insensible. A priori, «Allons danser» est un  film dont l’histoire a pour thème la danse, et j’estime que la polémique n’a pas lieu d’être. Propos recueillis par Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc