×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Comment réagir à la guerre américano-israélienne en Palestine et au Liban?Par Driss TRAKI

Par L'Economiste | Edition N°:2331 Le 01/08/2006 | Partager

Depuis quelques semaines, nous assistons avec un gros sentiment d’injustice, de colère et d’impuissance, aux massacres et destructions qui se déroulent quotidiennement en Palestine et au Liban, anormalement disproportionnés par rapport aux incidents officiellement déclencheurs.Ces massacres de la part d’Israël, avec l’encouragement et l’aide directe des Etats-Unis, se déroulent malheureusement sous les yeux passifs (en dehors de déclarations de principe) des autres pays occidentaux. En d’autres circonstances et autres lieux, ils auraient tout de suite crié au scandale, à l’horreur, et auraient déjà convoqué le Conseil de sécurité, élaboré une résolution avec des sanctions et ultimatums, l’auraient déjà fait voter, envoyé leurs navires de guerre faire pression sur le pays concerné, préparé les Tribunaux internationaux…Pourquoi, dans le cas présent, cette dynamique ne se produit-elle pas?. «Donner une bonne leçon»Elle ne se produit pas pour plusieurs raisons. Il me semble que les plus importantes sont:- En général, la dynamique est l’œuvre des Etats-Unis, appuyés par leur allié la Grande-Bretagne; dans le cas actuel, les Etats-Unis encouragent Israël à aller de l’avant, et veulent arriver au maximum de dégâts en Palestine et au Liban, pour «donner une bonne leçon» aux peuples et aux militants de ces 2 pays;- Les autres puissances donnent l’impression qu’elles respectent un accord tacite, plus ou moins fort, avec les Etats-Unis, d’intérêts mutuels supérieurs à l’amitié avec les peuples arabes, et de «non-opposition ouverte» dans ce qu’ils considèrent stratégique pour chacune d’entre elles;- Une certaine timidité des réactions arabes; - Les Etats-Unis et Israël sont convaincus de sortir vainqueurs de la guerre actuelle, au niveau militaire, image et sympathie de l’opinion mondiale, grâce à la puissance de leurs moyens de communication, et grâce à la passivité des autres pays; - L’Onu semble ne plus être que ce que les Etats-Unis veulent bien en faire, soit pour sanctionner, soit pour arrêter toute condamnation d’Israël en particulier; ce qui fait d’ailleurs qu’il y a très peu de résolutions du Conseil de sécurité à faire respecter par Israël. . Casser le consensus passifComment donc casser le consensus passif actuel face aux destructions et massacres quotidiens? L’une des réponses serait de remettre en cause les données actuelles sur le terrain:- Ne compter que sur soi-même et si nous sommes faibles aujourd’hui, bien se préparer et travailler pour être plus forts demain aux niveaux politique et économique; - Confondre une fois pour toutes, dans nos analyses et nos réactions, les Etats-Unis et Israël, dès qu’il s’agit du Moyen-Orient; ne pas faire de distinction politique entre ces 2 pays: Israël et les USA sont fédérés; - Le nouveau Grand Moyen-Orient dont rêvent les Etats-Unis et Israël ne pourrait correspondre qu’à un Monde arabe et musulman docile, dépendant et faible vis-à-vis des Etats-Unis et Israël; - Ne pas s’attendre à ce que les Etats-Unis fassent l’arbitre entre Israël et les pays arabes; les Etats-Unis ont toujours été alignés sur les positions et les intérêts d’Israël; - Soutenir concrètement les Palestiniens et les Libanais en parrainant chacun un enfant ou même un adulte de ces 2 pays par l’envoi par exemple de 500DH/ mois pour chacun; - Par l’expression concrète des peuples arabes et musulmans, chez eux, de leur réprobation de ce qui se passe : en particulier en ne consommant pas les produits américains, en n’utilisant pas leurs compagnies aériennes…- Par le renforcement de l’union des pays et des peuples arabes et musulmans à travers des fédérations d’associations de plusieurs pays, des unions de partis politiques, des coordinations entre associations et partis politiques… afin d’être plus forts et entendus sur la scène internationale.En conclusion, il me semble que ce que les Etats-Unis et Israël sont en train de réussir est une certaine radicalisation des sociétés arabes et musulmanes et le renforcement des sentiments anti-américains; ce qui n’était certainement pas l’objectif recherché par ces 2 pays et leurs alliés.


Stratégie à long terme

A plus long terme, une stratégie doit être mise en place:- Par la réduction progressive de la dépendance des pays arabes et musulmans par rapport aux pays occidentaux, au niveau économique, technologique… Il faudrait que nous puissions prendre exemple et copier des pays comme l’Inde, la Chine, le Brésil… - Par le renforcement des liens entre les pays, et entre les sociétés civiles des différents pays arabes et musulmans, et leur constitution en réseaux solidaires, afin d’exprimer de manière coordonnée leurs positions; - Par la réflexion et la préparation, par nos propres peuples et leurs dirigeants, du nouveau Grand Moyen-Orient, mais tel que nous le voulons, et non tel que le voudrait ou l’imaginerait, pour ses propres intérêts, tel ou tel pays occidental à notre place;- Par la remise en cause de notre image, plutôt globalement négative, dans l’opinion occidentale: ceci ne pourrait être obtenu que par nos réalisations de démocratie, réalisations économiques, technologiques, culturelles… à l’image des pays développés.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc