×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

BTP: Les ambitions de Arab Contractors au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:1634 Le 30/10/2003 | Partager

. La société vient de décrocher un marché en groupements de 80 millions de dollars. Elle projette aussi de créer une filiale marocaineArab Contractors, entreprise égyptienne spécialisée dans les bâtiments et travaux publics, vient de remporter avec Alsthom et Cegelec un marché en groupements de l'Office national de l'électricité (ONE). Le marché porte sur l'équipement des réseaux 400 kV de transport et d'interconnexion. Son montant est de 80 millions de dollars. Plus exactement, sur le plan technique, il s'agit, comme l'explique la note technique du projet, de réaliser «les études et les fournitures complémentaires THT HT et BT, les travaux de génie civil, les travaux de montage de l'appareillage électrique, relatifs à la construction des postes 400/225 kV de Toulal II- Mediouna-Bourdim et à l'extension des postes 400/225 et 60/22 kV de Melloussa». . Infrastructures autoroutièresArab Contractors, qui est passée sous le giron de l'Etat égyptien lors de la vague de nationalisations opérée durant l'époque Nasser, n'en est pas à son premier projet au Maroc. Le premier avait porté sur la construction de l'aéroport de Nador. Le marché avait également été remporté en groupements, comme c'est souvent le cas dans le domaine des infrastructures. Il avait par ailleurs suscité une levée de boucliers des professionnels nationaux en raison, explique-t-on auprès de la Fédération des BTP, «de la manière dont a été attribué le projet et le manque de transparence qui avait entouré l'opération d'adjudication». Depuis son implantation au Maroc, en 1997, Arab Contractors a réalisé d'importants projets, notamment avec l'Office d'exploitation des ports (ODEP) et l'Agence des logements et équipements militaires. Ses ambitions au Maroc ne s'arrêtent pas là. Pour Yassir Hossein, son directeur général, «le marché marocain présente des potentialités indéniables car les projets de grande envergure en sont encore au stade de la réflexion». En effet, le gouvernement dispose d'un important programme de développement des infrastructures, aussi bien routières que portuaires. Le projet Tanger-Méditerranée représente à lui seul un important programme d'investissement auquel les opérateurs étrangers accordent une attention particulière. Plusieurs tronçons d'autoroutes sont en cours de construction ou devraient être lancés dans les années futures. Un ambitieux projet de construction de stades est envisagé ainsi que l'extension de l'Aéroport Mohamed V. La candidature du Maroc à l'organisation du Mondial 2010 est un indicateur de taille en matière de développement des infrastructures. D'ici 2010, le secteur des bâtiments et travaux publics national consacrera une enveloppe de 90 milliards de DH d'investissements aux infrastructures touristiques. La réalisation de la vision 2010 est à l'origine de ces initiatives sectorielles. Une première enveloppe de 32 milliards de DH sera consacrée aux infrastructures (autoroutes, Port Tanger-Méditerranée, Rocade du Nord, Aéroport Mohamed V, et construction de trois stades). Une enveloppe de 20 milliards de DH sera destinée aux routes rurales dans le cadre du PERG (programme d'électrification du monde rural). Le marché des BTP promet un développement important. Même si l'on sait que la concurrence qui y sévit sera de plus en plus rude, «le marché est porteur», assure Mamoun Senoussi, directeur des Affaires générales de l'entreprise. C'est une des raisons pour laquelle les responsables de la filiale implantée au Maroc envisagent de créer une société marocaine à part entière qui exercerait dans le même créneau que la maison mère. La participation aux infrastructures autoroutières est particulièrement prisée. La société a en effet déjà soumissionné à plusieurs appels d'offres, sans succès.


Le mastodonte

C'est à la famille égyptienne Osman Ahmed Osman qu'appartenait, avant sa nationalisation, Arab Contractors. Son logo est à date d'aujourd'hui, «Arab Contractors, Osman Ahmed Osman & Co». Véritable mastodonte dans le secteur des bâtiments et travaux publics, elle dispose de représentations dans l'ensemble du monde arabe (Abu-Dhabi, Dubaï, Jordanie, Koweït, Liban, Oman, Palestine, Qatar, Arabie saoudite, Yémen, Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie). Elle est également présente en Afrique, notamment au Bénin, Botswana, Tchad, Ghana, Rwanda et Ouganda. Elle a aussi une représentation au Kazakhestan. Cinq filiales sont chapeautées par la maison mère. Il s'agit de Arab Contractors Investment, Suez Canal Insurance, Al Wadi Alakhdar pour l'investissement et le développement, Arab Contractors Employees Fund et Arab Contractors Medical Center. L'entreprise a participé à des travaux de grande envergure comme ceux du pont du canal de Suez, la construction de nombreux axes autoroutiers en Egypte et l'aéroport de Gaza. A son actif également, la bibliothèque d'Alexandrie et l'aéroport international Zahran en Arabie saoudite, le complexe du ministère des affaires étrangères en Algérie et l'aéroport de Nador au Maroc. La société a réalisé divers chantiers touristiques. A travers le monde, elle emploie 52.888 personnes. Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc