×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Bourses/Accord quadra: Casablanca troisième

Par L'Economiste | Edition N°:2408 Le 24/11/2006 | Partager

. Amman a une longueur d’avance. Tunis en mal d’investisseurs étrangersLa Bourse de Casablanca fait mieux que Tunis mais moins bien que les places égyptienne et jordanienne. Que ce soit en termes de capitalisation boursière, de volume des transactions ou même du nombre de sociétés cotées en 2005, la place casablancaise est classée troisième parmi les bourses des quatre pays signataires de l’accord d’Agadir (PAA). Toutefois, les indicateurs de l’économie marocaine sont plus performants que ceux des trois autres pays, notamment en termes d’endettement et d’inflation. C’est ce qui ressort de la dernière étude réalisée par la Direction des études et des prévisions financières au ministère des Finances. Avec une capitalisation boursière équivalant à quatre fois le PIB (37,6 milliards de dollars) et plus de 200 sociétés cotées, la Bourse d’Amman arrive en tête des quatre places financières des PAA. Le volume des transactions réalisées en 2005 représente le triple du PIB et les indices boursiers a bondi de 92,9%, soit environ 2 points de plus que la moyenne de l’ensemble des places arabes.La Cairo & Alexandria Stock Exchange (CASE) qui a terminé l’année dernière sur une progression de 83,3%, occupe la deuxième place. La capitalisation boursière a plus que doublé entre 2004 et 2005. Elle représente 81,8% du PIB (79,5 milliards de dollars). La Bourse égyptienne abrite le plus grand nombre de sociétés cotées parmi les PAA. Celui-ci est passé de 795 structures en 2004 à 744 l’année dernière. Cette baisse fait suite au processus d’assainissement entamé il y a plusieurs années en Egypte pour radier les valeurs illiquides. Les prouesses réalisées sur ces deux places sont liées en grande partie aux dynamismes qu’ont connus les bourses du Golfe l’année dernière. L’indice composite des bourses arabes avait atteint un taux de progression moyen supérieur à 91%. Cette tendance s’est rapidement estompée durant le premier semestre 2006. Les places du Golfe ont en effet plongé entraînant avec elles les Bourses jordanienne et égyptienne avec des corrections de 21 et 24% respectivement. Néanmoins, les observateurs locaux estiment que la correction a permis un début d’assainissement des deux marchés. Les performances des deux Bourses maghrébines sont très loin de leurs deux homologues des PAA. La place casablancaise termine l’année 2005 à la troisième place. Ses indices ont pour rappel progressé de 22,5% et sa capitalisation boursière représente la moitié du PIB. Toutefois, la place casablancaise pourra améliorer sa position parmi les Bourses des PAA, grâce notamment au dynamisme des transactions et du nombre important d’introductions enregistrées cette année en Bourse. La Bourse de Tunis se classe loin derrière avec des indices qui ont progressé de 17,2% seulement en 2005. Sa capitalisation boursière ressort à 2,8 milliards de dollars seulement (10,3% du PIB) alors que les transactions représentent à peine 1,9% du PIB. Ce retard est principalement dû à l’ouverture limitée de la place aux investissements étrangers. Cette entrave est dépassée depuis longtemps dans les trois autres places qui connaissent un afflux régulier.


Casablanca et Tunis moins chers

En dépit de leurs bonnes performances, les Bourses jordanienne et égyptienne demeurent chères par rapport à des places comparables. En Egypte, le price earning ratio (PER) se situe aux alentours de 22. Il dépasse les 44 en Jordanie. En revanche, les deux places maghrébines affichent des PER relativement raisonnables. Cet indicateur ressort à 19,4 à Casablanca et 16,6 à Tunis. Cela représente un avantage non négligeable aux yeux des investisseurs étrangers. N. Sq

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc