×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Banque mondiale: Réduction des aides américaines

Par L'Economiste | Edition N°:2332 Le 02/08/2006 | Partager

. Wolfowitz «profondément préoccupé»Le président de la Banque mondiale (BM) Paul Wolfowitz a déploré lundi 31 juillet la réduction des contributions américaines à l’IDA, son programme d’assistance aux pays pauvres. Wolfowitz s’est dit «profondément préoccupé» de voir que le gouvernement du président George W. Bush a réduit ses contributions financières à l’Association internationale de développement (IDA), et il a jugé qu’il avait une «obligation morale» d’en faire plus. L’IDA est l’organe de la Banque mondiale (BM) qui prête aux pays dont les habitants ont un revenu de moins de 2 dollars par jour. La plupart d’entre eux se trouvent en Afrique sub-saharienne. «Les Etats-Unis continuent d’être une importante source de financement de la Banque mondiale, et représentent plus de 13% du financement de l’IDA», a souligné Wolfowitz lors d’un discours à Washington. «Cependant, l’engagement américain auprès de l’IDA a baissé de son niveau historique de 20% à 13% aujourd’hui», a-t-il ajouté. «Et quand les Etats-Unis hésitent dans leur soutien, cela devient profondément préoccupant, parce que d’autre pays donateurs regardent comment les Etats-Unis donnent le ton et ils ajustent leur contribution en fonction», a ajouté Wolfowitz. Des négociations visant à accroître le financement de l’IDA vont commencer début 2007, a souligné le président de la Banque mondiale, qui a dit espérer qu’«il y aura un engagement fort et positif de la part des Etats-Unis». Wolfowitz, qui est récemment rentré d’une tournée dans 8 pays africains, a souligné que cette région du monde devait affronter «des défis de développement énormes». «Les citoyens américains font des dons totalisant environ 10 milliards de dollars par an pour les pays pauvres. Cette générosité est louable et stimulante, mais je ne pense pas que cela retire la nécessité ou l’obligation morale pour le gouvernement américain d’en faire plus», a-t-il ajouté.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc