×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Automobile: Embellie pour 2004?

Par L'Economiste | Edition N°:1598 Le 10/09/2003 | Partager

. Prévisions optimistes après la baisse de cette année. Les constructeurs au salon de Francfort à partir du 13 septembreLes constructeurs automobiles mondiaux font leur rentrée cette semaine au salon de Francfort qui se tient du 13 au 21 septembre. Ce rendez-vous bisannuel qui va leur permettre d'échanger leurs pronostics sur le marché européen, encore en baisse cette année mais plus prometteur en 2004.Après un recul de 2,9% en 2002, les ventes de voitures particulières neuves ont baissé de 2,6% au premier semestre de 2003 par rapport à la même période de l'an dernier, selon l'Association des constructeurs européens d'automobiles. La fin de l'année reste incertaine, en dépit de quelques signes encourageants, estiment les analystes. Le président du constructeur français Renault, Louis Schweitzer, a réitéré la semaine dernière sa prévision d'une baisse de «3 à 4% du marché européen pour l'ensemble de 2003». Il a prévu «une légère croissance» en 2004, de l'ordre de 1 à 2%, tout en soulignant la nécessité de rester prudent sur les chiffres.La Deutsche Bank prévoit pour sa part une hausse du marché de l'ordre de 3 à 4% en 2004, parce qu'il y a une grosse accélération des lancements de nouveaux modèles, qui peuvent attirer les gens dans les show-rooms. Parmi les signes de reprise du marché européen, les professionnels ont signalé un bon mois de juillet pour les immatriculations.Le constructeur américain Ford, qui avait prévu de réduire sa production au second semestre en Europe pour s'ajuster au ralentissement de la demande, a annoncé récemment que la réduction serait moins importante que prévu. Des signaux plus encourageants viennent aussi des Etats-Unis. Le premier constructeur mondial, General Motors, table sur un net redressement du marché américain en fin d'année.Pour pousser les ventes, les constructeurs ont recours aux promotions des deux côtés de l'Atlantique, au détriment de leur rentabilité.Les promotions peuvent prendre la forme de réductions de prix, mais les constructeurs proposent aussi de plus en plus des versions mieux équipées d'un modèle, pour le prix de la version inférieure.La guerre des prix, la faiblesse des marchés et les variations monétaires ont sérieusement détérioré les comptes des constructeurs automobiles au premier semestre. Les Européens ont notamment été affectés par l'appréciation de l'euro, mais sa récente baisse devrait les soulager.L'avenir de Fiat Auto, qui traverse la plus grave crise de son histoire, reste incertain en raison des interrogations sur les intentions de son actionnaire américain, General Motors, et de probables changements à la direction du constructeur automobile italien.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc