×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Arcelor/Severstal: Les modalités de l’offre publique de rachat

Par L'Economiste | Edition N°:2299 Le 16/06/2006 | Partager

. Le sidérurgiste russe détiendrait 37,5% du capital. Si Mittal arrive à obtenir 50% des actions, Mordashov quitteLE sidérurgiste européen Arcelor a publié le 15 juin les modalités de son offre publique de rachat d’actions (OPRA), mise au vote en AG le 21 juin, qui lui permettra de distribuer à ses actionnaires 6,5 milliards d’euros. Dans son rapport sur les conditions de l’OPRA, le Conseil d’administration d’Arcelor précise que le sidérurgiste russe Severstal détiendrait à l’issue de cette offre 37,5% du capital et des droits de vote d’Arcelor «dans l’hypothèse où l’émission des 295 millions d’actions Arcelor au profit de Alexei Mordachov, PDG de Severstal, intervient avant la clôture de l’offre et si 147.727.273 des actions visées sont apportées à l’offre». La part de Mordachov, appelé à devenir premier actionnaire d’Arcelor, dans le géant de l’acier passerait ainsi de 32,2%, prévus initialement dans un accord de fusion avec Severstal, à 37,5% après l’OPRA. L’offre de rachat de ses propres actions par Arcelor, à 44 euros par titre, porte sur un nombre maximum de 147.727.273 actions (près d’un quart des titres d’Arcelor). Arcelor, qui se défend depuis plusieurs jours de bloquer l’offre publique d’achat hostile à 25,8 milliards d’euros de Mittal, qui court jusqu’au 5 juillet, indique par ailleurs que «l’offre pourra être lancée après la date de la publication des résultats et le règlement-livraison de l’offre de Mittal Steel». Le groupe ajoute que la date précise devra être «déterminée par le Conseil d’administration en fonction des contraintes techniques liées à l’exécution de l’offre», et confirme que l’offre devra être approuvée en assemblée générale extraordinaire le 21 juin. Selon Les Echos du 15 juin, l’homme d’affaires franco-polonais Romain Zaleski, qui détient plus de 5% du capital d’Arcelor, s’est déclaré hostile à l’OPRA, et d’autres grands investisseurs pourraient le suivre dans cette voie. Comme lui, nombre d’investisseurs n’acceptent pas l’idée qu’en réduisant le nombre d’actions total, cette opération porte la part de Mordachov à plus du tiers du capital sans qu’il ait besoin de lancer une OPA, poursuit le journal. La Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) du Luxembourg a estimé que Severstal ne serait pas obligé de lancer une OPA sur Arcelor même si, au terme de l’OPRA, il se retrouvait propriétaire de plus de 33% du capital du groupe européen.


Restera, restera pas?

Severstal resterait au capital du nouvel ensemble si son concurrent Mittal Steel obtient moins de 50% des actions au terme de son OPA hostile sur le groupe européen, affirmait le 15 juin, au Figaro, Mordashov. Si le numéro un mondial Mittal Steel réussit son OPA en cours sur son dauphin Arcelor et rafle plus de 50% de son capital, le contrat de mariage avec Severstal serait automatiquement annulé. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc