×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Aménagement de la vallée d'OurikaUn élevage de truites pour animer la région

Par L'Economiste | Edition N°:1833 Le 16/08/2004 | Partager

. Un guide de montagne à Sitti Fadma s'est mis à l'élevage de ce poisson de rivière. Les autorités encouragent l'expérience pour développer un tourisme gastronomiqueOn peut aussi manger de la truite à Ourika. Une expérience très prometteuse, celle de l'élevage de la truite dans la région de Sitti Fadma introduite par Lahcen Izahan, guide de montagnes. Il vient de lancer cet élevage encouragé par les Eaux et forêts et la province. Et c'est dans le parc que l'on peut aussi déguster cette truite. Le gouverneur du Haouz espère que cette expérience soit un exemple pour d'autres.L'idée est de développer le tourisme gastronomique, une des pistes identifiées par la province pour promouvoir la vallée de l'Ourika. Izahan y a adhéré en ouvrant un restaurant à Sitti Fatma, dans le gîte qui lui appartient “Gîte d'Etape” (une sorte d'auberge où sont fournis un lit et un repas au touriste). Sise au sein d'une “arsa”, aux pommiers, abricotiers, et arbres de noix, le parc d'Izahan a commencé avec trois bassins dans lesquels ont été lâchées 3.000 petites truites, alimenté en eau par l'oued. Plus de 400 d'entre elles actuellement sont consommables. Le reste est encore en élevage. L'installation des bassins reliés à l'oued aura coûté à Izahan près de 80.000 DH (non inclus les poissons offerts par les Eaux et forêts). Et déjà des touristes ont pu apprécier cette truite dans le restaurant qui n'a pas encore de nom et dont la capacité sera de 50 couverts. “Je ne peux pas en accueillir plus actuellement. Le parc devra garder son image de lieu d'attraction avec des poissons dans l'eau et non dans la poêle. Une fois l'expansion réalisée, je pourrais aller plus loin”. Le guide veut y aller doucement, mais avec beaucoup d'ambition. Il s'intéresse à des plantes rares et aussi à un autre type d élevage, celui des canards. “Cet élevage ne demande rien du tout. Juste une marre et quelques résidus de nourriture”. Badra BERRISOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc