×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les industriels parient sur une hausse des commandes

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:4803 Le 27/06/2016 | Partager
Seule exception, les IMMEE
30% des opérateurs n’ont pas de visibilité
industriels_003.jpg

Plus de six entreprises sur dix anticipent une stagnation des prix des produits finis. Globalement, 23% des industriels s’attendent à une hausse de la production contre une baisse pour 12%

C’est un vent d’optimisme qui souffle chez les industriels. Ils prévoient une hausse de la production et des ventes aussi bien au niveau local qu’à l’étranger pour cette saison estivale (juin, juillet et août). Selon l’enquête mensuelle de Bank Al-Maghrib, ce constat est valable pour l’ensemble des branches, à l’exception de la mécanique et métallurgie où les industriels s’attendent à une contraction des ventes et une stagnation de la production. Pareil dans  l’électrique et électronique.
L’enquête de BAM est menée auprès d’un échantillon de 400 entreprises industrielles avec pour objectif de disposer de données dans des délais courts permettant ainsi une évaluation de la conjoncture. Et sur le court terme, 30% des opérateurs interrogés n’ont pas  de visibilité quant à l’évolution future de la production et des ventes de leur entreprise. Un résultat qui rend compte de l’attentisme dans lequel une partie du monde des affaires est plongée depuis plusieurs mois.  
L’enquête révèle globalement une hausse de la production et des taux d’utilisation des capacités (TUC) durant le mois de mai (64% contre 61% en avril). Cette «embellie» est constatée dans l’agro-alimentaire et dans la chimie-parachimie. En revanche, dans le textile, habillement et cuir, une stagnation est relevée alors que la production a reculé dans la «mécanique et  métallurgie» (39%) . Plus exactement, ce repli couvre une baisse dans la métallurgie, une stagnation dans l’industrie automobile et une hausse dans le travail des métaux.
Le mois de mai s’est également caractérisé par une baisse des ventes sous l’effet d’un recul des exportations et d’une stagnation des ventes sur le marché local. Dans le détail,  ces baisses touchent la chimie-parachimie (36% des entreprises) et  la mécanique et métallurgie (68% d’entreprises). Selon BAM, le recul aurait concerné l’ensemble des  principales sous-branches de ces secteurs à l’exception du travail des métaux qui a stagné. Une hausse est néanmoins relevée dans l’agroalimentaire, le textile et cuir et dans l’électrique et électronique.  
Les commandes, un indicateur clé, ont globalement augmenté au mois de mai mais tout en restant à un niveau inférieur à la normale (27% contre 19% en avril). Elles se sont améliorées dans la chimie et parachimie, l’agroalimentaire et dans le textile et cuir. L’électrique et électronique a stagné tandis que la mécanique et métallurgie s’est repliée.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc