×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Chakib Benmoussa: «Notre culture plurielle nous permet d’aborder le monde»

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4746 Le 07/04/2016 | Partager
    La culture participe au rayonnement du Maroc en France
    Pour Benmoussa, le festival des musiques sacrées de Fès, c’est aussi de la diplomatie
    chakib_benmoussa_046.jpg

    Pour Chakib Benmoussa, l’ambassadeur du Maroc à Paris, la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme se fait également grâce à des projets culturels d’envergure (Ph. YSA)

    - L’Economiste: Le Sénat accueille annuellement la conférence du festival des musiques sacrées de Fès. Sur le créneau de la culture, le Maroc réussit bien son rapprochement avec la France…
    - Chakib Benmoussa:
    Evidemment. S’il y a un sujet qui rapproche bien les peuples, c’est la culture et le dialogue entre les cultures aussi. Ce dialogue est le point d’entrée pour l’échange et l’acceptation de l’autre tel qu’il est. C’est-à-dire, l’aborder dans une approche de tolérance et d’ouverture. Et je crois que dans le monde globalisé, aujourd’hui, nous avons plus besoin d’ouverture, de tolérance, et de respect de l’autre. Et quoi de mieux que de valoriser son patrimoine culturel pour être dans cette dynamique de dialogue et d’échange. L’intérêt et l’importance qu’accorde le Souverain à la dimension culturelle constituent un véritable atout pour le Maroc. Notre pays est riche de sa culture très diverse et plurielle. Il a la chance que cette richesse lui permette d’aborder le monde sans complexes. On le constate d’ailleurs dans beaucoup de domaines à travers nos artistes et nos créateurs. Ces derniers ont leur place à l’international dans différents domaines.
     
    - Qualifié d’un «Davos culturel», le festival des musiques sacrées a tissé des amitiés un peu partout. Une diplomatie culturelle qui a l’air de bien fonctionner. Qu’en dites-vous?
    - Tout à fait. Le festival des musiques sacrées de Fès y contribue beaucoup. En France, c’est un événement qui est connu et apprécié. Il mobilise et intéresse plusieurs personnalités à travers les médias. L’opinion publique française est consciente de sa valeur. Il est un des vecteurs de rayonnement du Maroc.
     
    - Appui de l’Ambassade de France pour les musiques sacrées, une maison culturelle du Maroc à Paris… les relations se renforcent. C’est un nouveau positionnement par rapport à l’Hexagone?
    - Aujourd’hui, il y a beaucoup de proximité entre la France et le Maroc. Nos relations s’expriment à travers de multiples canaux: du fait de l’histoire entre nos deux pays et aussi à travers une communauté marocaine extrêmement importante en France. Aussi, les Français éprouvent énormément de sympathie pour le Maroc. Ce qui constitue une base qui favorise l’échange culturel et la promotion de la culture. Notons que le lancement récent du projet de la maison de la culture du Maroc à Paris, par SM le Roi en compagnie du président de la République française, François Hollande en est un grand témoignage. Ce centre participera davantage au rayonnement du Maroc en France. Signalons enfin que la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme se fait également grâce à des projets culturels d’envergure.

    Diplomatie à tous les niveaux

    Pour Chakib Benmoussa, «le festival des musiques sacrées est un témoignage de l’attachement du Maroc aux valeurs et au dialogue universel». Le diplomate marocain a convié les hôtes du Sénat à venir visiter les réalisations d’un Maroc en pleine évolution, parmi elles, Fès et ses monuments restaurés. Pour lui, la médina reflète la richesse de la civilisation et du patrimoine marocain. Il en est de même pour la capitale du Royaume, Rabat ville lumière, qui sera dotée de musées, ou encore, Marrakech et Tanger, où les projets culturels sont menés grâce à une impulsion royale et dont la promotion se fait notamment via l’ONMT.

    Propos recueillis par
    Youness SAAD ALAMI

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc