×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Tunis déclare la guerre totale à l’EI

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4726 Le 10/03/2016 | Partager
Un nouvel accrochage à Ben Guardane
Le redressement du tourisme prendra encore plus de temps
tunis.jpg

Mercredi 9 mars, de nouveaux affrontements armés ont été signalés dans la région de Ben Guerdane dans le sud-est de la Tunisie près de la Libye. Les affrontements entre extrémistes et forces de l’ordre ont fait plusieurs dizaines de morts

Un nouvel accrochage à Ben Guerdane, près de la frontière avec la Libye, a été signalé hier 9 mars. Près de 45 jihadistes ont été abattus depuis les attaques de lundi, ont annoncé les autorités tunisiennes. 

Le gouvernement tunisien a jugé avoir remporté une bataille après avoir repoussé des attaques jihadistes près de la frontière avec la Libye, tout en promettant une évaluation approfondie sur d’éventuelles défaillances. «Les jihadistes ont compris que la Tunisie n’était pas facile, que ce n’était pas une promenade (de santé) d’établir un émirat de Daech à Ben Guerdane», a affirmé le Premier ministre Habib Essid. Il a d’ailleurs appelé à la vigilance, la Tunisie étant dans une guerre totale contre le terrorisme. Début février, les autorités tunisiennes ont annoncé l’achèvement, sur près de la moitié des 500 km de frontière, d’un système d’obstacles constitué de tranchées d’eau et de monticules de sables. Le ministre de la Défense, Farhat Horchani, avait relevé que ce dispositif devait encore être équipé de matériels électroniques, avec l’aide de l’Allemagne et des Etats-Unis. Jugeant urgent que l’EI ne trouve plus une base arrière sûre en Libye, Berlin a appelé à «mettre l’accent sur le soutien au renforcement de la sécurisation de la frontière tunisienne». 

La Tunisie a par ailleurs besoin d’un plan de soutien économique et militaire. Face à plusieurs obstacles importants, il faut poursuivre les réformes économiques, recommande le FMI à la Tunisie. La croissance économique est freinée par l’attentisme des investisseurs, le chômage élevé et le déficit du compte courant reste considérable.  Il est aussi important de promouvoir le développement du secteur privé et de moderniser le secteur public. La mission du FMI, qui a séjourné à Tunis du 18 février au 3 mars 2016, a mené des entretiens concernant un accord de quatre ans au titre du mécanisme élargi de crédit du FMI, pour un montant qui devrait avoisiner 2,8 milliards de dollars.  Etant donné l’importance du tourisme dans l’économie (7% du PIB et 15% de la population active occupée), les perspectives négatives du secteur rendent improbable une reprise forte de l’activité en 2016, relève Coface dans son appréciation du risque. Cette année, les recettes touristiques devraient difficilement se redresser, mais la Tunisie pourrait profiter de la légère croissance en Europe vers laquelle se dirigent 70% des exportations.  

Le plan de développement quinquennal 2016-2020, présenté en septembre 2015, devrait être implémenté en 2016. Il fixe un ensemble de mesures visant à accroître l’attractivité de la Tunisie et à favoriser l’investissement en repli en 2015. Les effets du plan pourraient cependant tarder à se faire ressentir, selon Coface. Du côté de la demande, le lancement de chantiers d’infrastructures routières financés conjointement avec la BAD, l’AFD et la Banque mondiale soutiendra l’activité. La consommation des ménages pourrait se montrer plus dynamique cette année suite  à une baisse de la taxe à la consommation de biens spécifiques (qui se superpose à la TVA) et à une augmentation du salaire des fonctionnaires. Cet effort de relance budgétaire serait néanmoins freiné par le relèvement de la TVA et par l’augmentation du taux de chômage. Les pressions inflationnistes devraient faiblir en 2016, permettant ainsi à la banque centrale de poursuivre sa politique accommodante débutée en octobre 2015.
F. Z. T. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc