×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Mettre en valeur les leaders «made in Morocco»

    Par L'Economiste | Edition N°:4680 Le 05/01/2016 | Partager
    Pas suffisamment valorisés par rapport à ceux formés à l’étranger
    Développer des talents dans le cadre de nouveaux rapports de travail, un défi de taille!
    L’humain sera plus que jamais au centre des préoccupations des entreprises

    Thami Ghorfi, président de l’Esca Business School: « L’on prête aux leaders formés à l’étranger une aura particulière, alors que ceux produits localement peuvent avoir la même, si l’on s’y intéresse»
     (Ph. L’Economiste)

    - L’Economiste: Selon le livre blanc de l’Esca, nos leaders continuent d’être formés à l’étranger. Pourtant il existe des écoles qui assument ce rôle au Maroc…
    - Thami Ghorfi:
    Les politiques publiques qui contribuent à l’émergence du Maroc évoquent la partie capital humain, mais aucune ne parle du profil des dirigeants dont nous avons besoin, de ce que nous attendons d’eux et de comment les former afin de piloter l’émergence. Il existe en effet des écoles qui prennent en compte cette question, mais pas les politiques publiques. Par ailleurs, selon l’analyse des profils, projetée par les dirigeants eux-mêmes, les leaders doivent être très ancrés dans la réalité marocaine, tout en étant ouverts à la mondialisation. De ce fait, il faut qu’ils soient aussi formés chez nous. Ce n’est pas suffisamment le cas aujourd’hui. Il est également essentiel de mettre en valeur tous les profils de dirigeants formés au Maroc et qui ont la capacité à rayonner à l’international. Actuellement, nous créditons plus facilement ceux issus d’établissements étrangers.       
    - Les dirigeants formés au Maroc sont moins visibles à votre avis?
    - Il existe aussi des décalages au niveau des rémunérations. L’on prête à ceux formés à l’étranger une aura particulière, alors que ceux produits localement peuvent avoir la même si l’on s’y intéresse. Nous ne travaillons pas suffisamment sur ces questions dans nos politiques publiques.  
    - Pour vous, quelles sont les principales qualités que les leaders du futur devront posséder et les défis qu’ils devront relever?
    - Côté défis, c’est d’abord de pouvoir innover en permanence et imaginer des modèles nouveaux, en fonction de nos spécificités de pays émergent, et avec une technologie, au sens large, tenant compte de nos réalités. Le deuxième défi est celui de la géopolitique et de la géo-économie. Si nous n’avons pas la capacité de décrypter, de comprendre et d’analyser les mouvements géopolitiques nous ne pouvons tirer notre épingle du jeu.
    Le troisième est celui du capital humain. Le dirigeant devra cultiver ses talents, tout en intégrant qu’il ne travaillera plus avec les compétences de l’avenir dans un rapport exclusivement hiérarchique, mais aussi dans une relation de network. Il devra adopter une approche encore plus fine du développement du talent et du capital humain.
    Concernant les qualités, l’écoute et l’empathie seront cruciales. Le dirigeant à l’horizon 2030 devra plus que jamais mettre l’humain au centre de l’ensemble de son dispositif. Il sera également important de donner en permanence du sens aux actions et de partager sa vision.

    Propos recueillis par
    Ahlam NAZIH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc