×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Entretien d’évaluation
    Demeurer objectif avant tout

    Par L'Economiste | Edition N°:4680 Le 05/01/2016 | Partager
    Erreur d’indulgence, effet de halo… les pièges à éviter
    Assurer un suivi en bonne et due forme… essentiel pour aboutir à des résultats!

    Evaluer ses salariés est beaucoup plus utile qu’on ne l’imagine de prime abord. L’entretien d’évaluation annuel est en effet important aussi bien pour le manager que pour ses collaborateurs. Cette démarche permet  d’insuffler une dynamique nouvelle à la gestion des ressources humaines et d’instaurer une culture du résultat et de l’équité valorisant les hommes, leurs compétences et leurs potentialités. Un moyen pour les salariés d’exprimer leurs attentes et pour la hiérarchie de mieux communiquer en interne. Mais pour réussir ce tour de force, il faut rester objectif et éviter tout jugement de valeur basé sur des impressions. Quoi qu’il en soit, il demeure essentiel que cette démarche débouche sur des actions concrètes aussi bien pour le salarié que pour l’entreprise.
    Réalisé le plus souvent par le supérieur hiérarchique direct de la personne concernée, l’entretien d’évaluation annuel représente un levier puissant pour la mesure des contributions individuelles et pour l’évaluation des compétences. Il permet de dresser le bilan de l’année écoulée en termes de résultats mais également en termes d’aspirations, de cadre de travail et de formation d’après Houcine Berbou, consultant expert en ressources humaines et directeur du pôle Conseil en RH à LMS organisation et ressources humaines. «L’entretien annuel est un évènement crucial dans la vie de l’entreprise et des collaborateurs, puisqu’il permet une plus grande interactivité et une discussion franche sur les impératifs de l’organisation, les facteurs clés de succès et les aspirations individuelles des collaborateurs», ajoute l’expert en ressources humaines. L’appréciation des salariés n’est cependant pas une fin en soi. Il s’agit plutôt d’une méthode de direction qui permet de piloter l’activité ainsi que les hommes qui la réalisent.
    L’entretien d’évaluation permet concrètement d’évaluer dans un premier temps  la performance de la personne, autrement dit la réalisation des objectifs. Il faut plus exactement mesurer le degré d’atteinte des objectifs annuels en mesurant l’écart entre les résultats attendus et ceux obtenus, affirme Houcine Berbou. Cette démarche permet aussi d’évaluer la compétence, autrement dit de vérifier la conformité aux exigences de l’emploi en termes d’activité et de mission.   
    Afin que l’évaluation soit efficace, il faut absolument qu’elle débouche sur des retombées concrètes pour le salarié comme pour l’entreprise, explique Berbou. Un suivi en bonne et due forme est donc essentiel! Ainsi, les résultats du test peuvent avoir des incidences sur la prime de performance individuelle ou sur l’augmentation de salaire sur le plan de la rémunération. Au niveau de la gestion de carrière, l’entretien d’appréciation peut favoriser la mobilité et la prise en compte des potentiels. Enfin, concernant les actions RH, cet outil représente une occasion de recenser les besoins en formation. Pour que l’évaluation soit réussie, il faut également éviter plusieurs types d’erreurs qui reviennent souvent à la charge. Tout d’abord, le manager ne doit pas se baser sur des jugements de valeur et aborder les sujets affectifs. Il ne doit pas non plus tomber dans les travers de l’effet de halo, lequel consiste à se concentrer sur certains éléments en laissant d’autres tout aussi importants à côté. Autre erreur souvent commise, l’erreur d’indulgence ou de sévérité qui revient à être trop généreux ou trop sévère avec ses collaborateurs évalués. Quoi qu’il en soit, il faut éviter de recourir à un seul manager pour mener des processus d’évaluation.
    Une démarche qui permet tout d’abord au collaborateur évalué d’exprimer ses attentes, ses souhaits d’évolution ainsi que ses doutes. «Ce type d’entretien constitue un moyen pour l’apprécié de mieux définir ses attentes et ses aspirations, de mettre en valeur ses apports et ses qualités, de s’exprimer et s’impliquer dans la définition des objectifs puis de s’engager sur les résultats à atteindre», précise dans ce sens Houcine Berbou. L’outil permet par ailleurs à la hiérarchie de mieux communiquer avec ses collaborateurs et d’améliorer la gestion ainsi que l’animation des équipes.
    Au Maroc, l’entretien d’évaluation annuel représente une pratique courante dans les entreprises privées organisées et disposant d’une gestion moderne des ressources humaines. Cependant, la finalité et le sens de ces entretiens diffèrent en fonction des structures. Ainsi, au sein des multinationales, cet outil représente un moyen important pour les managers de clarifier les standards et objectifs de performance. Il constitue également une solide base de décision pour les salaires, les promotions, les fins de contrat, la formation et les mutations. Ces sociétés sont particulièrement satisfaites de l’efficacité de leurs processus d’évaluation. En revanche, dans d’autres entreprises, les évaluations sont souvent réalisées davantage pour la forme que pour le fond, explique Houcine Berbou.
    K. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc