×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Agroalimentaire La difficile bataille pour le marché du Golfe
De notre envoyé spécial à Dubaï, Abdessamad NAIMI

Par L'Economiste | Edition N°:3977 Le 27/02/2013 | Partager
Le Moyen-Orient ne représente que 5% des exportations marocaines
Une balance commerciale déficitaire avec les Emirats
Pourtant, la région est l’une des plus importatrices

Les Emirats Arabes Unis représentent le deuxième marché alimentaire au sein du Conseil de Coopération du Golfe, derrière l’Arabie Saoudite. En raison de leur climat difficile et de leur ressources hydriques limitées, les Emirats importent environ 90% de leurs besoins alimentaires et matières premières. C’est dire l’énorme potentiel que peut représenter ce marché pour le Maroc
 

LE salon Gulfood a été l’occasion pour les opérateurs marocains de faire le point sur leur capacité d’être présents sur un marché à haute valeur ajoutée: celui du Golfe arabo-persique. Plateforme pour le marché du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, les Emirats Arabes Unis se positionnent aujourd’hui comme le «must be» pour les investisseurs mondiaux. En 2012, le chiffre d’affaires total du commerce du pays était de 275,1 milliards de dollars, ce qui représente 22,2% de la valeur totale des échanges commerciaux arabes qui s’élève à 1,23 billion de dollars, et ce même si la population du pays ne représente que 1,4% de la population arabe totale. Cette forte augmentation du commerce a été attribuée à une montée des exportations de pétrole brut et de gaz, à la croissance des exportations non pétrolières des zones franches et d’autres secteurs et à l’augmentation constante des réexportations, ainsi qu’à une hausse importante des importations favorisée par la forte demande intérieure.
Signataires d’un accord de libre-échange en 2001, entré en vigueur en 2003, le Maroc et les EAU entretiennent certes des relations économiques et diplomatiques soutenues, mais la balance commerciale penche clairement en faveur des Emirats (un solde de 973 millions de dirhams). Le pays est le 30e fournisseur du Maroc et n’en est que le 52e client, ce qui donne un taux de couverture d’à peine 16% en 2012. A ce titre, la région du Golfe ne représente que 5% des exportations marocaines en matière de produits agroalimentaires. Mohamed Ait Ouali, ambassadeur du Maroc aux Emirats estime que ce déficit est dû «à un manque de stratégie à l’export en ce qui concerne le Golfe». En effet, les opérateurs marocains souffrent d’un fret jugé coûteux, ce qui rend les produits marocains beaucoup moins compétitifs au niveau des prix sur le marché local. 
Les Emirats Arabes Unis représentent le deuxième marché alimentaire au sein du Conseil de Coopération du Golfe, derrière l’Arabie Saoudite. En raison de leur climat difficile et de leurs ressources hydriques limitées, les Emirats importent environ 90% de leurs besoins alimentaires et matières premières. Les importations des produits agroalimentaires s’élèvent à 19,6 milliards de dirhams (3,64 milliards d’euros) dont 1,36 milliard d’euros de produits transformés, 1,63 milliard de végétaux et 0,78 milliard d’euros de produits animaux. 
Les principaux fournisseurs des EAU sont l’Inde, les Etats-Unis, le Brésil, l’Iran, le Pakistan, le Royaume-Uni, l’Arabie Saoudite et l’Argentine. Près de 50%  des importations alimentaires sont réexportées vers 160 pays dont les pays du Golfe, le sous-continent indien, l’Afrique du Nord et de l’Est ainsi que, récemment, l’Asie centrale, ce qui fait de Dubaï l’un des plus importants ré-exportateurs de denrées alimentaires au monde. En raison d’infrastructures efficaces (mer et aéroports), combinées à de larges zones de libre-échange, Dubaï se positionne comme un incontournable hub commercial pour l’ensemble de la région.

                                                                                                                

L’opportunité du salon Gulfood

PAS moins de 35 entreprises marocaines ont fait le déplacement pour prendre part à l’édition 2013 du Gulfood. Pour cette troisième participation, le Maroc occupe un pavillon de 240 m², composé de trois îlots, situé au hall 9, auquel s’ajoute un autre espace inédit de 18 m². Ainsi, la surface d’exposition des années précédentes a été augmentée afin de mettre en exergue un large panel de produits marocains, notamment les conserves de poissons, le poisson fumé, les huiles d’argan et d’olive, les olives, les pâtes, le couscous, les sauces, les aliments pour bébé, le fromage frais, la confiserie, les biscuits, les plantes aromatiques, le thé, les fruits et légumes frais… «Il est à signaler que Maroc Export a enregistré un important nombre de demandes, qui ne pouvaient pas être toutes satisfaites. Les entreprises qui ne peuvent pas assister au salon verront tout de même leurs produits présentés, grâce à l’installation de vitrines adéquates dans tout le pavillon. Ainsi, le nombre total de sociétés représentées s’élève à 45», indique Nadia Rhaouti, directrice sectorielle à Maroc Export. Toute une campagne de communication est prévue pour promouvoir la participation du Maroc à ce salon, avec de nombreux affichages, présence du logo sur le site officiel du salon, sur la newsletter, les porte-badges, sur les mailings des organisateurs, sur tous les outils de communication des organisateurs, au sein du site de l’événement avec des liens vers les sites des exposants marocains… Une opportunité de taille donc pour communiquer sur les produits marocains, ainsi que sur les atouts nationaux en matière de production agroalimentaire.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc