×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Mosquée Hassan II: Un chef-d’œuvre et une prouesse technologique

    Par L'Economiste | Edition N°:3857 Le 31/08/2012 | Partager
    Un identifiant pour la métropole économique
    A elle seule, la toiture ouvrante pèse 1.100 tonnes!

    Pour la construction de ce joyau de l’architecture arabo-musulmane, seuls des matériaux marocains ont été utilisés. La réalisation de l’édifice a nécessité 300.000 mètres cubes de béton, 40.000 tonnes d’acier, 250.000 mètres carrés de marbre granit et travertin, 10.000 mètres carrés de tuiles, 53.000 mètres cubes  de bois de cèdre, 10.000 mètres carrés de zellige et 67.000 mètres carrés de plâtre ainsi que 10.000 mètres carrés de tadelakt

    Grande fierté des Marocains, la Mosquée Hassan II est aujourd’hui le monument incontournable de la capitale économique du pays. Casablanca n’est plus connue que par le seul film qui porte le même nom, mais aussi par la grande mosquée. Il faut dire que les seuls monuments qui existent à Casablanca, avant la construction de la mosquée, sont ceux qui ont été édifiés du temps du protectorat. A part la Fontaine lumineuse de la Place Mohammed V sur l’esplanade devant le siège de la wilaya du Grand Casablanca.

    Voulu par Hassan II comme l’édifice casablancais fédérateur de tous les Marocains, le monument fait l’objet de l’admiration de nombreux visiteurs. Simples touristes, ou chefs d’Etat, officiels de nombreux pays demandent souvent à inscrire la mosquée dans le programme de leurs visites au Royaume.
    Ce qui paraissait avant comme un rêve difficilement réalisable est considéré de nos jours comme le symbole d’une grande volonté et d’un mouvement de solidarité unique. Si la mosquée devait être transformée aujourd’hui en une entreprise cotée en Bourse, elle compterait indéniablement une trentaine de millions de souscripteurs.
    La mosquée a été conçue, certes, selon la vision de Hassan II, mais le financement de sa construction a été assuré par tous les Marocains. Elle incarne le grand défi qui a été lancé à la nature et ses éléments. Une prouesse architecturale où rien n’a été oublié, jusqu’au moindre petit détail. Les 2/3 de la mosquée sont, en effet, érigés sur l’Atlantique. C’était le premier défi pour les ingénieurs et les architectes. La structure du bâtiment a été pensée pour résister non seulement aux vagues et aux marées, mais également aux secousses sismiques et à la force des vents. Une véritable révolution technologique qui allie l’innovation à l’audace architecturale. Et aussi au talent. En effet, les artisans ont mis toute leur créativité au service de l’originalité. Ils ont ainsi apporté des éléments nouveaux pour jeter les bases de nouvelles tendances dans l’art islamique, sans pour autant s’écarter du patrimoine culturel et artistique du Maroc. Des artisans venus de toutes les villes du Royaume ont ainsi sculpté 53.000 m² de bois et peint plus de 10.000 m² de zellige pour la mosquée.
    Un toit ouvrant d’une grande dimension permet selon le vœu de Hassan II de relier cet édifice à l’air, l’un des trois éléments bénéfiques à la vie, avec la terre et l’eau.
    Dotée d’un minaret haut de 200 mètres, on dit qu’il est le plus grand dans le monde, la Mosquée, en elle-même, occupe 20.000 m2. L’espace réservé à la prière peut accueillir jusqu’à 150.000 personnes; 25.000 fidèles peuvent le faire dans une salle haute de 60 mètres et longue de 200 mètres. La construction de la troisième plus grande mosquée au monde a débuté le 12 juillet 1986 et son inauguration a eu lieu sept ans après. Le 30 août 1993 exactement. Elle a coûté plus de quatre milliards de DH.

    Salle de prière

    ELLE est certainement l’une des plus belles parties de l’édifice. Elle a une superficie de deux hectares et est composée de deux niveaux: un rez-de-chaussée divisé en trois nefs symétriques pour les hommes, offrant une capacité de 20.000 personnes, et en mezzanines pour les femmes d’une superficie de 3.500 m2 et d’une capacité de 2.500 personnes chacune.
    Il y a aussi les 50 lustres et 8 appliques vénitiens de Murano de différentes dimensions, de 3 à 6 mètres de diamètre, 5 à 10 mètres de hauteur et 600 à 1.200 kg de poids. En outre, les 18 portes de la mosquée sont toutes en titane et laiton.
    Quant à la toiture ouvrante, elle pèse 1.100 tonnes et a une superficie de 3.400 m2. C’est une structure métallique tridimensionnelle recouverte de bois de cèdre sculpté et peint, elle s’ouvre en 5 mn grâce à un système de roulement à roues automotrices. Au milieu de la salle de prière, un cours d’eau «seguia» a été réalisé grâce à un circuit d’eau fermé avec trois ouvertures dans le sol donnant sur la salle des ablutions qui se trouve au sous-sol.
    De part et d’autre de la nef centrale se trouvent deux colonnes en granite sur lesquelles est incrusté en écriture dorée l’arbre généalogique de feu Sa Majesté le Roi Hassan II.
    Dans la partie-est de la salle de prière se trouve le mihrab. Il est réalisé en marbre blanc (carrare), en zellige et plâtre, et il est utilisé par l’imam pour diriger les cinq prières de la journée. Dans cette même partie, on trouve aussi le minbar, c’est une haute chaire utilisée comme «prêchoir» tous les vendredis. Il est en acajou incrusté d’ivoire.

     

    J. E. HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc