×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tétouan: La mairie rompt le contrat avec Tecmed

    Par L'Economiste | Edition N°:3684 Le 23/12/2011 | Partager
    «L’incapacité» de gérer les grèves, la raison
    Un nouvel appel d’offres sur la base du récent cahier des charges sera lancé

    CE qui devait arriver arriva. Lassée des grèves à répétition, la mairie de Tétouan a annoncé avoir rompu le contrat avec la société Tecmed pour la gestion déléguée de la collecte et le traitement des déchets ménagers. La rupture intervient après une série de grèves à répétition, dont la dernière a été lancée le 15 décembre dernier et dont la ville continue d’en subir les conséquences (cf. www.leconomiste.com)
    La décision intervient après que la commune de Tétouan ait décidé, mardi dernier, de reprendre à son compte la gestion des services de nettoyage des rues de la ville. Pour la mairie, la décision a été prise après que la société Tecmed ait montré son «incapacité» à régler ses problèmes avec ses salariés. La goutte qui a fait déborder le vase est, selon un communiqué de la mairie, le refus de la société Tecmed de reprendre le matériel de la société pour effectuer les opérations de nettoyage et de collecte des ordures. A la suite de ce refus, la mairie s’est vu obligée de faire appel à un entrepreneur local avant de lancer dans les jours qui viennent un appel d’offres sur la base du dernier cahier des charges régissant l’assainissement solide. Celui-ci a été entériné par le Conseil de la ville de Tétouan en octobre dernier. Les grèves des employés de Tecmed sont motivées par mois le non-paiement des salaires des derniers et par le non-respect des clauses du pacte social signé en 2010.

    L’avertissement de Tecmed


    De l’autre côté, Tecmed assure avoir honoré ses engagements envers ses salariés tout en affirmant attendre le paiement par la mairie des arriérés d’un montant total de 23 millions de DH, une affirmation que la mairie dément. Devant ce ballet d’accusations croisées, ce sont les habitants de la ville de Tétouan qui sont pris au piège. En effet, la plupart des quartiers et les principales artères de la ville voient les ordures s’entasser. Malgré les actions de la mairie en prenant en charge directement le nettoyage, la situation tardera quelques jours avant de revenir à la normale.
    Tecmed avait lancé en juin dernier un avertissement aux autorités de la ville. En effet, selon ce dernier, la poursuite de son activité se trouvait menacée par les grèves à répétition de ses employés, entre autres éléments déstabilisants.
    Durant les 3 derniers mois, 4 grèves sans préavis ont été entamées. L’opérateur avait signé un pacte social avec les principaux syndicats en novembre dernier mais les termes de cet accord semblent menacés. Le pacte social scellait un accord sur diverses questions relatives aux rémunérations dont une revalorisation des salaires et diverses primes allouées aux employés, dont des primes de propreté et d’autres à verser lors des fêtes religieuses. Cet accord ne devait être validé qu’en novembre 2013, mais les grèves à répétition l’ont vidé de tout son sens. D’ailleurs, l’opérateur se dit non responsable de l’effet de ces grèves sur le déroulement de son activité de ramassage des ordures et de nettoiement des rues de la ville. Tout en insistant sur le droit élémentaire que constitue la grève, la responsabilité de cette dernière est du ressort de l’autorité délégante, selon le gestionnaire délégué.

    De notre correpondant,
    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc