×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Agrumes: L’export décalé de 15 jours

    Par L'Economiste | Edition N°:3684 Le 23/12/2011 | Partager
    334.000 tonnes de fruits et légumes expédiées
    Demande soutenue à la veille des fêtes de fin d’année

    L’actuelle campagne d’exportation d’agrumes et primeurs s’annonce légèrement tardive par rapport à celle de 2010-2011. «Selon Ahmed Darrab, secrétaire général de l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (Aspam), le démarrage des sorties a été volontairement retardé de deux semaines dans l’objectif d’assurer une qualité irréprochable des fruits».
    Surtout, en ce qui concerne la gustativité. Et pour cause, le forcing qui a caractérisé les premières sorties de la dernière campagne avait défavorablement impacté les résultats. Pour ce qui est des primeurs, «la gestion des sorties est aussi de rigueur à la veille des fêtes de fin d’année», signale Younès Zrikem, vice-président de l’Association des producteurs et exportateurs de fruits et légumes (Apefel). Durant cette période, la demande est plus portée sur les produits festifs (chocolat, sucreries, dinde, cadeaux…). «Ceci, bien que durant les deux premières décades du mois de décembre, le marché des primeurs s’est bien comporté après deux mois difficiles (octobre-novembre) marqués par de gros volumes et des prix assez bas», indique le vice-président de l’Apefel. Il n’empêche que pour les exportateurs de fruits et légumes, un dosage des sorties sera observé d’ici jusqu’au 3 janvier. Histoire d’éviter le stockage dans les marchés de commercialisation.
    Au total, les exportations d’agrumes et primeurs, au 11 décembre ont atteint 354.960 tonnes contre 334.000 à la même date de la saison écoulée soit un léger retard de près de 6%. Les données de l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (Eacce) imputent ce recul aux sorties des agrumes dont le volume s’est établi à 169.300 tonnes environ au lieu de 201.960 tonnes au 11 décembre 2010 soit un retard de 16%. Mais selon l’Aspam, la situation s’est nettement améliorée depuis lors. «Neuf jours plus tard, soit au 20 décembre, les expéditions d’agrumes ont totalisé 205.000 tonnes contre 230.000 à la même date la campagne dernière», précise Darrab.
    Du coup, le retard a été réduit à 13% d’une saison à l’autre. Et il est prévu de réaliser un volume global de 571.000 au lieu de 530.000 tonnes en 2010/2011. Ceci pour une production totale de l’ordre de 1,8 million de tonnes. Prévision qui dépendrait toutefois de l’évolution des conditions climatiques mais aussi du comportement du marché local. Car il n’est pas écarté que les producteurs auront la préférence pour ce dernier débouché si les prix se révèlent rémunérateurs. Surtout qu’il assure des liquidités immédiates.
    S’agissant des primeurs, les chiffres de l’Eacce font état d’un volume global expédié de 164.800 tonnes contre 153.000 tonnes en progression de 8% par rapport à la date du 11 décembre 2010. Volume qui reste dominé par les tomates dont les exportations ont atteint 112.800 tonnes. Par régions, le Souss s’accapare l’essentiel des expéditions: 110.000 tonnes. Le reste ayant été réalisé par les régions du Centre et de l’Oriental. Les légumes divers occupent la 2e position avec 45.660 tonnes également en hausse de 4% par rapport à la même date de la campagne 2010/2011. Ces sorties sont essentiellement constituées d’haricot vert (25.400 tonnes), de courgettes (7.000 tonnes), de poivrons (7.300 tonnes) et de piment fort (2.600 tonnes).
    En ce qui concerne les fruits divers, les ventes ont porté sur près de 4.850 tonnes au lieu de 5.630. C’est la famille des fruits qui accuse plus de retard avec un recul de 14% des expéditions. Lesquelles sont composées du melon, de la fraise, framboises, grenade et avocat.
    A noter aussi que les exportations de produits biologiques ne sont pas en reste. Bien qu’en léger retrait par rapport à la dernière campagne, ces produits ont connu une diversification notable. Les exportations dont le volume a atteint 1.475 tonnes ont porté sur toutes les variétés de fruits et légumes. Deux régions se positionnent sur ce créneau : le Souss et Marrakech.
    A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc