×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Urbanisme: Comment éviter les villes fantômes

Par L'Economiste | Edition N°:3617 Le 16/09/2011 | Partager
Des équipements sont programmés mais jamais réalisés
Dans le Grand Casablanca, le taux de réalisation ne dépasse guère les 17%

LES agences urbaines tirent la sonnette d’alarme. Le taux de réalisation des équipements programmés par les documents d’urbanisme sont très faiblement réalisés. C’est la raison pour laquelle la Fédération des agences urbaines du Maroc (Majal) organise deux journées d’études, les vendredi 16 et samedi 17 septembre, sur la programmation urbaine.
Pourquoi une telle rencontre? Certains nouveaux centres urbains au Maroc sont parfois qualifiés par leurs habitants de «villes fantômes». Et pour cause, elles sont souvent dépourvues des équipements promis, tels que les hôpitaux, les écoles, les lycées… En fait, la situation ne concerne pas uniquement les nouveaux villes. Le ministère de l’Habitat a commandité des études il y a environ deux ans dans trois régions: Grand Casablanca, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et Oriental. Le constat est accablant: il y a un profond gap entre ce qui est programmé et ce qui est réalisé. Concrètement, le taux de réalisation des équipements prévus dans le cadre des documents d’urbanisme (1989-2009) du Grand Casablanca ne dépasse guère les 17%. Dans la région du Grand Rabat, 1.711 hectares ont été prévus par le plan d’aménagement 1997-2007 pour la construction de ces projets. Mais sur les 744 ha mobilisés, seuls 427 ha ont été effectivement réalisés sur les 1.711 ha prévus. La région de l’Oriental n’est pas mieux lotie. Le taux de réalisation des équipements prévus par le plan d’aménagement 1998-2008 n’a guère dépassé les 12%. Résultat: les habitants se retrouvent dans des cités où les conditions d’une vie normale ne sont pas réunies.
Par ailleurs, pour construire les équipements nécessaires, des réserves foncières stratégiques sont souvent prévues lors de l’élaboration des documents d’urbanisme. Or, faute de visibilité, elles deviennent un handicap. Délaissées, ces terres suscitent l’appétit des spéculateurs immobiliers et finissent souvent par leur être cédées. Trois facteurs expliquent la non-réalisation des équipements.
Les départements ministériels concernés avancent souvent l’absence de disponibilités financières. Autre facteur, les plans d’aménagement prévoient ces équipements sur un foncier qui n’a pas encore été définitivement apuré. La procédure d’expropriation d’un terrain frappé d’utilité publique, par exemple, dure parfois plus de la moitié de l’échéance d’un plan d’aménagement. Un autre facteur explique la non-réalisation des équipements. Ces derniers sont parfois trop ambitieux et finissent par se heurter à la réalité du terrain.

Pistes de solution

LES journées d’études organisées par la Fédération des agences urbaines du Maroc (Majal) vendredi 16 et samedi 17 septembre se proposent d’apporter des éléments de réponse à ces défaillances. Une rencontre qui tombe à point, quand on sait que, dans le cas du Grand Casablanca, 33 plans d’aménagement sont en cours d’homologation. Par conséquent, ils devraient comporter des prévisions réalistes, qui tiennent compte des besoins des habitants mais aussi des moyens dont disposent les départements ministériels et des collectivités locales. Les participants devront élucider les difficultés et autres contraintes rencontrées par les praticiens des agences urbaines dans le cadre des projets et des études. L’objectif est de mettre en place un mode opératoire applicable à toutes situations de projet.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc