×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Palestine: La campagne électorale officiellement lancée

Par L'Economiste | Edition N°:1925 Le 27/12/2004 | Partager

. Mahmoud Abbas, candidat du Fatah, réclame la libération de 8.000 Palestiniens C’est samedi, 25 décembre, que la campagne électorale destinée à l’élection d’un nouveau président palestinien, le 9 janvier prochain, a été lancée. Cette élection suscite beaucoup d’intérêts au niveau international et des centaines de journalistes et d’observateurs arriveront sur place des quatre coins du monde. C’est le cas de l’ancien président américain Jimmy Carter et l’ancien Premier ministre français Michel Rocard. Mahmoud Abbas, candidat officiel du Fatah, a débuté sa campagne par un discours ferme. Présenté comme modéré, et capable de rallier à la fois le soutien d’Israël et des Etats-Unis, Mahmoud Abbas a réclamé la libération de 8.000 prisonniers palestiniens et en particulier celle de Marwan Barghouti. Ce dernier ayant accepté de se retirer de la course à la présidence au nom de l’unité du Fatah. Pour son premier meeting électoral, Mahmoud Abbas a également déclaré que «nous voulons un Etat sur les terres de 1967, et cela signifie que nous n’abandonnerons pas Al Qods». De son côté, Ariel Sharon, Premier ministre israélien, s’est engagé à tout faire pour que ces élections soient «libres, justes et efficaces». Il a déclaré «qu’il est important qu’il soit clair pour le monde entier qu’Israël a permis des élections libres, justes et efficaces». Ces déclarations sont intervenues avant que son gouvernement n’adopte une série de dispositions, mises au point par Israéliens et Palestiniens sur l’organisation du scrutin. Sharon a précisé «qu’Israël appliquerait les mêmes modalités que celles qui avaient été en vigueur lors du dernier scrutin, en 1996, notamment pour le vote des Palestiniens d’Al Qods. «L’élection de l’Autorité palestinienne est d’une importance cruciale pour permettre l’émergence d’une direction avec laquelle, il sera possible d’avancer dans le processus prévu par la Feuille de route», a ajouté Sharon.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc