×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Irak: La violence bat son plein

Par L'Economiste | Edition N°:1925 Le 27/12/2004 | Partager

Un colonel et un employé de la Défense civile ont été abattus dimanche par des hommes armés à Bagdad. La violence bat son plein en Irak qui s’est transformé en véritable bourbier pour les Américains et leurs alliés. Les assaillants ont ouvert le feu sur les deux personnes devant la maison de l’officier dans le quartier Ilaam au sud-ouest de Bagdad.Par ailleurs, un responsable administratif de la ville de Chorgat, au sud de Mossoul, a été enlevé par des inconnus dans la nuit, selon un responsable de la police de la province de Salaheddine, le colonel Abdallah Jebouri. En outre, sur la route entre Samarra et Dhoulouiya, un garde national a été tué et un civil blessé dans l’explosion d’une bombe artisanale au passage d’une patrouille de cette force, a indiqué la même source. Un autre responsable d’un parti nationaliste a aussi été abattu dimanche par des inconnus près de Bagdad, a indiqué le chef de cette formation qui s’est récemment rendu en visite en Israël.“Des inconnus ont ouvert le feu sur Abdel Hussein, l’un de nos responsables, le tuant sur le coup”, a déclaré Mithal al-Alloussi, chef du Parti démocrate de la nation irakienne.Selon lui, l’attaque, menée par trois hommes à visage découvert, a eu lieu après 06h00 (GMT), à Abou Ghraib, à l’ouest de Bagdad, au moment où la victime quittait son domicile. “C’était un élément actif de notre parti qui a participé lundi à une manifestation pour dénoncer l’ingérence de la Syrie en Irak. Il est apparu sur les télévisions et a reçu des menaces, mais malheureusement nous ne les avons pas prises au sérieux”, a-t-il ajouté. Alloussi a accusé les “terroristes parmi les fidèles du Parti Baas (du président déchu Saddam Hussein) et des éléments des renseignements syriens d’être derrière l’assassinat”. Le Parti démocrate de la nation irakienne a réuni lundi dernier une centaine de manifestants devant la section d’intérêts syrienne à Bagdad pour dénoncer ce qu’il considère comme les ingérences du régime syrien en Irak.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc